samedi 14 mars 2009

Sociologie des réseaux sociaux (suite)

L’exploration des mystères des réseaux sociaux continue (Primates on Facebook).

Question récurrente : la science nous dit que l’homme peut entretenir un réseau social de 150 personnes (Robin Dunbar), or les réseaux sociaux électroniques de bien des gens sont bien plus importants.

Une analyse plus fine montrerait que le réseau actif serait en fait petit : 10 ou 16 personnes selon que l’on est homme ou femme. (Cela pourrait signifier que le réseau social ne contient qu’une petite partie du groupe de proches ?)

Il se pourrait finalement que l’objet des réseaux sociaux consiste à donner sa vie en spectacle à un cercle plus large que celui de ses amis.

Web2.0 : les réseaux que nous méritons

Inquiétante Amérique

Avant d’admirer l’Amérique, il faut la connaître.

Dernière affaire en date (The lowest of the low). Contre pots de vin, des juges alimentaient en adolescents (innocents – 9 mois pour un enfant de 14 ans coupable d’une claque !) un centre de détention pour délinquants juvéniles. Auparavant, ils avaient fait fermer une prison publique et donné leur accord à la construction de leur gagne pain.

De tels cas seraient inhérents au système judiciaire américain : où l’on élit des juges, qui ont donc besoin d’argent pour faire campagne.

Drôle de pays que l’on nous donne si souvent en exemple : pour un peu d’argent de poche on y est prêt à détruire la vie d’un homme ; et il semble qu’il y ait des classes de citoyens qui n’aient pas de droits.

Aussi : Only in America, Comment être condamné à mort?, J’irai dormir à Hollywood.

Propagande américaine

L’ami d’un ami me parle d’un point de vue anti-impôts, anti-Obama qui a un grand écho aux USA. Un mail que l’on s’échange :
A letter from the Boss:
To All My Valued Employees,
There have been some rumblings around the office about the future of this company, and more specifically, your job. As you know, the economy has changed for the worse and presents many challenges. However, the good news is this: The economy doesn't pose a threat to your job. What does threaten your job however, is the changing political landscape in this country.
However, let me tell you some little tidbits of fact which might help you decide what is in your best interests. First, while it is easy to spew rhetoric that casts employers against employees, you have to understand that for every business owner there is a Back Story. This back story is often neglected and overshadowed by what you see and hear. Sure, you see me park my Mercedes outside. You've seen my big home at last years Christmas party. I'm sure; all these flashy icons of luxury conjure up some idealized thoughts about my life. However, what you don't see is the BACK STORY : I started this company 28 years ago. At that time, I lived in a 300 square foot studio apartment for 3 years. My entire living apartment was converted into an office so I could put forth 100%effort into building a company, which by the way, would eventually employ you. My diet consisted of Ramen Pride noodles because every dollar I spent went back into this company. I drove a rusty Toyota Corolla with a defective transmission. I didn't have time to date. Often times, I stayed home on weekends, while my friends went out drinking and partying. In fact, I was married to my business -- hard work, discipline, and sacrifice. Meanwhile, my friends got jobs. They worked 40 hours a week and made a modest $50K a year and spent every dime they earned. They drove flashy cars and lived in expensive homes and wore fancy designer clothes. Instead of hitting the Nordstrom's for the lat est hot fashion item, I was trolling through the discount store extracting any clothing item that didn't look like it was birthed in the 70's. My friends refinanced their mortgages and lived a life of luxury. I, however, did not. I put my time, my money, and my life into a business with a vision that eventually, someday, I too, will be able to afford these luxuries my friends supposedly had. So, while you physically arrive at the office at 9am, mentally check in at about noon, and then leave at 5pm, I don't. There is no "off" button for me. When you leave the office, you are done and you have a weekend all to yourself. I unfortunately do not have the freedom. I eat, and breathe this company every minute of the day. There is no rest. There is no weekend. There is no happy hour. Every day this business is attached to my hip like a 1 year old special-needs child. You, of course, only see the fruits of that garden -- the nice house, the Mercedes, the vacations... you never realize the Back Story and the sacrifices I've made. Now, the economy is falling apart and I, the guy that made all the right decisions and saved his money, have to bailout all the people who didn't. The people that overspent their paychecks suddenly feel entitled to the same luxuries that I earned and sacrificed a decade of my life for. Yes, business ownership has it's benefits but the price I've paid is steep and not without wounds. Unfortunately, the cost of running this business, and employing you, is starting to eclipse the threshold of marginal benefit and let me tell you why: I am being taxed to death and the government thinks I don't pay enough. I have state taxes. Federal taxes. Property taxes. Sales and use taxes. Payroll taxes. Workers compensation taxes. Unemployment taxes. Taxes on taxes. I have to hire a tax man to manage all these taxes and then guess what? I have to pay taxes for employing him. Government mandates and regulations and all the accounting that goes with it, now occupy most of my time. On Oct 15th, I wrote a check to the US Treasury for $288,000 for quarterly taxes. You know what my "stimulus" check was? Zero. Nada. Zilch.
The question I have is this: Who is stimulating the economy? Me, the guy who has provided 14 people good paying jobs and serves over 2,200,000 people per year with a flourishing business? Or, the single mother sitting at home pregnant with her fourth child waiting for her next welfare check? Obviously, government feels the latter is the economic stimulus of this country. The fact is, if I deducted (Read: Stole) 50% of your paycheck you'd quit and you wouldn't work here. I mean, why should you? That's nuts. Who wants to get rewarded only 50% of their hard work? Well, I agree which is why your job is in jeopardy. Here is what many of you don't understand ... to stimulate the economy you need to stimulate what runs the economy. Had suddenly government mandated to me that I didn't need to pay taxes, guess what? Instead of depositing that $288,000 into the Washington black-hole, I would have spent it, hired more employees, and generated substantial economic growth. My employees would have enjoyed the wealth of that tax cut in the form of promotions and better salaries. But you can forget it now. When you have a comatose man on the verge of death, you don't defibrillate and shock his thumb thinking that will bring him back to life, do you? Or, do you defibrillate his heart? Business is at the heart of America and always has been. To restart it, you must stimulate it, not kill it.
Suddenly, the power brokers in Washington believe the poor of America are the essential drivers of the American economic engine. Nothing could be further from the truth and this is the type of change you can keep. So where am I going with all this? It's quite simple. If any new taxes are levied on me, or my company, my reaction will be swift and simple. I'll fire you and your coworkers. You can then plead with the government to pay for your mortgage, your SUV, and your child's future. Frankly, it isn't my problem any more. Then, I will close this company down, move to another country, and retire.
You see, I'm done. I'm done with a country that penalizes the productive and gives to the unproductive. My motivation to work and to provide jobs will be destroyed, and with it, will be my citizenship. So, if you lose your job, it won't be at the hands of the economy; it will be at the hands of a political hurricane that swept through this country, steamrolled the constitution, and will have changed its landscape forever. If that happens, you can find me sitting on a beach, retired, and with no employees to worry about....
Signed, THE BOSS
"The problem with socialism is that you eventually run out of other people's money." Margaret Thatcher
J’ai envie d’y croire. Et pourtant :
  1. L’entrepreneur en question ne comprend pas qu’il n’a pas tout créé seul, que sans la société il n’est rien. Ses études, les gens qu’il a rencontrés, les routes qui transportent ses biens, la police qui le protège, les écoles qui forment son personnel… lui ont permis de faire fortune. Il est donc redevable à la société. C’est d’ailleurs pour cela que le vrai entrepreneur (Carnegie, Warren Buffett…) reverse à la société sa fortune à sa mort.
  2. Il ne comprend pas qu’indirectement il a profité de la bulle spéculative, qu’il en est un peu coupable : en favorisant le crédit, elle a à la fois favorisé la consommation, donc ses affaires, mais aussi ses propres investissements (beaucoup d’entreprises sont surendettées).
  3. Il est normal qu’il paie pour les crimes des autres, de même qu’il paie par ses impôts la police et les prisons. Plus précisément, ce qu’il paie aujourd’hui, ce sont les insuffisances de contrôle d’hier, c’est de ne pas avoir payé assez d’impôts. Puisque la politique de George Bush (pas d’impôts, pas de contrôle…) a amené l’économie dans ce cauchemar, il y a des chances que faire exactement l’inverse rétablisse la situation.
  4. L’entrepreneur indépendant ne représente quasiment rien pour l’économie moderne qui est dominée par des oligopoles. Par conséquent mettre en avant le petit entrepreneur pour attaquer une politique de taxation qui, en fait, va servir à remettre sur pied un service public qui profite à tous, et en premier lieu au petit, est au mieux un sophisme. Notre entrepreneur est l’otage de gens beaucoup plus riches et moins entreprenants que lui, qui ne veulent pas payer d’impôts ?
  5. Opposer l’entrepreneur qui prend des risques au salarié qui n’en prend pas est stupide. Le salarié prend le risque de se faire licencier, en échange d’un salaire fixe de durée limitée. Quand il y a risque, il doit y avoir assurance. L’entrepreneur, en construisant son entreprise, s'est fait une assurance. S’il n’y a pas de sécurité sociale, le salarié, lui, n’en a pas.
  6. L’entrepreneur (j’en suis un) est généralement un asocial, qui a construit un monde à son image : il ne pouvait pas être salarié. L’entrepreneur qui reproche au salarié son mode de vie ressemble à l’oiseau qui reproche au poisson de ne pas voler.
  7. Est-ce que payer des impôts va mettre l’entrepreneur au chômage ? Il peut réduire ses coûts en réduisant le salaire de ses personnels ou en utilisant mieux ses ressources productives qu’il ne le fait aujourd’hui, il peut repositionner ses produits (innover) de manière à tirer parti de la crise qui suscite des besoins nouveaux (destruction créatrice). C’est cela mon métier : adapter le modèle économique d’une entreprise à son environnement, ça s’appelle « la conduite du changement ». Et c’est sa capaciété à réussir cet exercice qui juustifie que le patron puisse être patron, suivant les économistes libéraux les plus orthodoxes.
  8. Quand on lit le parcours de notre homme on comprend que ce n’est pas une petite crise et quelques impôts qui vont l’abattre. La crise est favorable à ce type d’entrepreneur : parce qu’elle rend les conditions d’existence difficiles, elle ouvre une opportunité aux plus méritants (c’est la thèse du Darwinisme social). N’oublions pas qu’IBM s’est construite pendant la crise des années 30.
  9. Finalement, on retrouve là une tactique de Nixon employée par McCain récemment. Elle vise à jeter l’Amérique d’en bas (le petit entrepreneur) à la gorge de celle d’en haut (le riche intello démocrate). C’est verser de l’huile sur le feu.
Défaut de nos démocraties américaine ou française : faute de débat, on n’y a beaucoup de mal à penser, et ce sont les idées les plus idiotes, celles des manipulateurs, qui gagnent.

Compléments :

vendredi 13 mars 2009

700

100 billets de plus, qu'ai-je à déclarer de nouveau ?

Ce blog est un changement que ma vie n’a toujours pas absorbé.
Il est difficile d’écrire régulièrement des billets, parce qu’ils correspondent à un état créatif qui n’est pas naturel. Je dois me mettre en état d’écrire. Petit à petit les paradoxes de mon environnement m’assaillent, je m’indigne... De là viennent des idées qui se nourrissent les unes des autres. Ce blog illustrerait-il à la fois ce que je n’ai jamais su faire (passer d’un sujet à un autre, de l’action à la réflexion), et ce qui est ma vie ?
Je la définis par trois animaux : le dauphin, qui passe de l’air à l’eau (ce qui m’est désagréable), fonctionnement sain de mon existence ? ; l’autruche, le refus de voir ce qui devrait me forcer à réfléchir ; l’albatros, ne plus avoir qu’un sujet d’intérêt (enseigner à plein temps, diriger une entreprise ou être un consultant ordinaire), idéal utopique, bonheur végétatif qui me tente parfois avec la séduction de l’Alzheimer précoce.
Je semble régulièrement passer par ces trois états : une confiance aveugle en celui qui est en face de moi, une envie paresseuse de croire aux « valeurs officielles » du monde qui m’entoure ; puis un doute désagréable et obligation d'allumer mon intellect ; effort qui débouche sur une conclusion diamétralement opposée à mon point de vue de départ ; ce qui conduit à une transformation de la situation initiale. La pression baisse, cela devient insupportable?, je pars.
J’illustre le mythe de Sisyphe vu par Camus : je suis toujours le même cycle ; mais je dois éprouver du plaisir à le parcourir.

Compléments :
  • Sur les valeurs officielles : Nouvelle économie.
  • C’est probablement parce que j’ai autant de mal à penser, que toute ma carrière a consisté à construire autour de moi des mécanismes qui permettent aux organisations de devenir efficaces. C'est-à-dire de résoudre leurs problèmes sans mon aide, de m’éviter d’avoir à réfléchir. La substance de mes livres : construire « l’ordinateur social » qui permettra à l’organisation de trouver « l’effet de levier » qui la transformera. Comme Adam Smith et Marx, j'espère que mon idéologie fondatrice est approuvée par la science...

Apathie

La période actuelle paraît peu féconde en idées nouvelles, ou en renaissance d’anciennes. Ferions-nous profil bas, en espérant que la chance nous sorte de la crise ?

J’ai l’impression que les mécanismes de changement du monde ressemblent à ce qu’avait entraperçu Isaac Asimov dans Fondation : de temps à autres, l’histoire passe par un point d’étranglement où l’avenir de l’humanité peut basculer d’un côté ou de l’autre. Tout peut alors dépendre d’une personne.

En temps normal, il semble impossible d’infléchir le cours des événements : nous courons tous dans une même direction comme un seul homme. Puis cul de sac. Hésitation. Comme dans la théorie de Darwin, un grand nombre d’idées sont apparues entre-temps. Même si elles semblent issues de la raison, elles ont une apparence d’aléatoire (chacun voit midi à sa porte et veut en faire l’heure officielle). Jusque-là elles n’avaient qu’une audience réduite. D’un seul coup elles ont une chance de guider l’avenir commun.

Paradoxalement, il semblerait que ce soit souvent les plus simplistes qui soient retenues par la « sélection naturelle » que leur fait subir notre culture, peut-être parce qu’elles sont les plus faciles à comprendre et à croire ? (Cf. le nazisme et l’ultralibéralisme.) Plus généralement, c’est celui qui conduira le changement, qui lui imprimera sa marque. Comment éviter que nous regrettions ce changement ? Mon expérience me fait croire qu’il faut susciter l’émergence d’idées et en débattre de la manière la plus large possible. Progressivement un consensus apparaîtra, qui reflètera l’intérêt général. Les idées simplistes apparaîtront pour ce qu’elles sont, et les plus sophistiquées gagneront en évidence.

Compléments :

jeudi 12 mars 2009

Logique des universités

Qu’est-ce que cela signifierait de faire ressembler les universités françaises et américaines ?
  • Le discours officiel mélange deux fonctions de l’université. La première est de former une partie de la population (jusqu’à la licence, aux USA, chez nous plutôt à l‘équivalent du Master américain soit bac + 5). La seconde est la recherche.
  • Ensuite, le modèle américain repose sur un corps enseignant bien payé. Il semblerait que les salaires moyens des professeurs soient de l’ordre de 100K€ contre 37 en France. En outre, si j’en juge par là où j’enseigne, la France utilise beaucoup de vacataires qu’elle ne paie quasiment pas, mais qui donnent des cours attribués ailleurs à un professeur en titre. Je soupçonne donc que l’université française a une structure de coûts extrêmement faible.
  • Probablement, en conséquence, faire des études aux USA est cher. http://web.mit.edu/facts/tuition.html explique qu’au MIT : Nine months' tuition and fees for 2008–2009 is $36,390. Additionally, undergraduate room and board is approximately $10,860, dependent on the student's housing and dining arrangements. Books and personal expenses are about $2,850. Ce qui fait 50.000$ par an (plus que le PIB moyen par habitant). Soit 200.000$ pour avoir une licence. Bien sûr, il est possible d’emprunter, mais il faut pouvoir obtenir des salaires élevés pour rembourser de telles sommes. Ce qui signifie qu’il ne peut pas y avoir une grosse partie de la population diplômée, puisque la proportion de la population recevant de tels salaires est faible.
  • À ce point on nous dit que les universités américaines se financent en levant des fonds. C’est juste, mais ces fonds alimentent essentiellement la recherche, pas les « under graduates ». Et je ne suis pas sûr qu’il y ait là le mécanisme économique vertueux que l’on pense. J’ai noté que les anciens élèves anglo-saxons font souvent de très grosses donations à leur université. Il leur arrive, par exemple, de financer une chaire. On peut aussi imaginer qu’ils orientent les versements des entreprises qu’ils dirigent. Ils le font parce qu’ils sont reconnaissants à leur université de la richesse qu’elle leur a donnée. Mais cette richesse est-elle due à l’excellence de l’enseignement ou à la rareté des diplômés, et à ce que, du fait de cette rareté, les puissants se connaissent, ce qui facilite l’établissement des relations d’affaires ?
Je me demande donc si le cercle vertueux qu’induit l’université anglo-saxonne n’est pas simplement dû au fait qu’elle permet à une petite élite de monopoliser toutes les ressources économiques du pays, ce qu’elle lui rend en partie. Je me demande aussi la fonction de l’université à privilégier. Si c’est l’intelligence collective, l’épanouissement du citoyen, plutôt que la performance économique, alors la fonction de formation domine. Et là le modèle français paraît bien meilleur que l’américain : il forme beaucoup plus de monde de manière satisfaisante. D’ailleurs, ce qui compte encore plus est probablement l’enseignement initial, la qualité des instituteurs, puis des enseignants de collèges et de lycées, et, finalement, celle de l’élite des universités. 

Présidence des universités

Le billet précédent me rappelle le fait que la réforme actuelle donne aux  présidents d’université beaucoup de pouvoirs et que l’on cherche à faire ressembler l’université française à l’université américaine.

Mais, dans ces conditions, ne faut-il pas aussi changer les présidents d’université ? Sont-ils adaptés à une fonction pour laquelle ils n’avaient pas été prévus ? Pourquoi, si l’on veut faire ressembler la France et l’Amérique, ne pas aller jusqu’à copier le mode de sélection des présidents d’université américains ?

Compléments :

mercredi 11 mars 2009

Dauphine à l’heure romaine

J’apprends que l’université organise une remise de diplômes aux majors de promotion (c'est nouveau ?), et que les professeurs sont invités à venir en toge.

Depuis quand le professeur français porte-t-il une toge ?

C’est l’arrivée de l’excellence, de la performance et de l’évaluation, dans l’université française ? En récompensant ses majors et en singeant Oxbridge et Harvard ? Pour en faire un creuset d’innovation et d’originalité ? 

Décidément la France ne changera jamais : elle a toujours une guerre de retard.

Nouvelle économie

Voici ce que John Galbraith écrivait il y a plus de 50 ans :

Dans le modèle de la société concurrentielle, une telle insécurité était inhérente. Le producteur individuel ou le travailleur pouvait, à tout moment, souffrir un revers de fortune. Ceci pouvait être le résultat de la paresse ou de l’incompétence qui lui auraient fait perdre des clients ou son travail. Mais le meilleur des hommes pouvait souffrir d’un changement brutal du goût des consommateurs ou de l'inefficacité de son employeur. Ces changements de fortune imprévisibles étaient à la fois inévitables et imprévisibles. Ils étaient inévitables parce qu’ils faisaient partie de la capacité du système à s’adapter au changement. Comme les besoins et les désirs changeaient, les hommes trouvaient de nouveaux emplois et perdaient les anciens. Le capital était recherché dans les nouvelles industries et passé en pertes et profits par les anciennes. L’insécurité était utile parce qu’elle poussait les hommes – hommes d’affaires, travailleurs, indépendants – à rendre leur meilleur et plus efficace service, puisqu'une punition sévère était impersonnellement délivrée à ceux qui ne le faisaient pas.

Cependant, cette insécurité, aussi utile qu’elle semble en principe, était chérie presque exclusivement soit pour l’autre, soit de manière abstraite. Sa nécessité était jugée essentielle pour inspirer l’effort d’autres personnes en général. Elle semblait rarement vitale pour l’individu lui-même. Les limites à la concurrence et au mouvement libre des prix, la plus grande source d’incertitude pour l’entreprise, ont été principalement déplorées par des professeurs d’université à l’emploi garanti à vie.

(…) Dans la sagesse conventionnelle des conservateurs, la recherche moderne de sécurité a été longtemps dénoncée comme la plus grande menace au progrès économique. Ces peurs étaient les plus fortes au moment où de grandes avances dans la sécurité de la société coïncidaient avec une grande expansion économique.

Pour lui cette croyance s’expliquait par les conditions que les fondateurs de l’économie avaient connues il y a plus de deux siècles. Alors la pauvreté et l’insécurité régnaient.

Galbraith pensait qu’il s’agissait là d’un archaïsme qui finirait par disparaître. Or, non seulement il n’a pas disparu, mais il était encore la pensée unique il y a un an, et, comme le disait Galbraith, enseigné avec passion par les professeurs d’université (américains) disposant de la sûreté de l’emploi. Et cette pensée unique a guidé les décisions de nos dirigeants pendant plusieurs décennies.

Une autre interprétation possible : celle d’Edgar Schein. Ces idées ne sont pas des archaïsmes mais les « valeurs officielles » d’un groupe, ce à quoi il croît, ou plutôt qu’il désire. De même que « liberté, égalité, fraternité » sont désirés par le Français, non parce qu’ils reflètent quoi que ce soit de passé, mais parce que c’est une utopie qu’il aimerait réaliser pour corriger ce qui le fait le plus souffrir.

Ce qui rend fou l’homme riche, ou le professeur d’université, c’est probablement ce qui empêche un enrichissement personnel et un développement économique qui leur paraissent à portée de main. C'est la même frustration qui saisit le chercheur lorsque l'on ne lui donne pas l'argent que requièrent ses travaux. Seule explication possible : stupidité du peuple, pour lequel il n’y a pas de châtiments assez exemplaires. Jusqu’à ce que l’impensable se produise.

Compléments :

  • La révolution française et l’ultralibéralisme récent semblent avoir tout deux été des crises de la raison : des esprits qui se jugeaient supérieurs ont voulu imposer par la force ce qui leur semblait évident (Consensus de Washington).
  • GALBRAITH, John Kenneth, The Affluent Society, Mariner Books, 1998.
  • SCHEIN, Edgar H., The Corporate Culture Survival Guide, Jossey-Bass publishers, 1999.

mardi 10 mars 2009

Du nouveau sur l’Est ?

Suite d’enquête (The whiff of contagion, The bill that could break up Europe) sur l’Europe de l’Est.

Ses citoyens, ses entreprises et ses nations auraient voulu rattraper l’Occident en marche forcée. Non seulement en s’endettant, mais surtout en s’endettant – à 90% en 2008 - en monnaie de l’Ouest (auprès de banques italiennes et autrichiennes), qui avaient l’avantage de taux faibles. La convergence vers l’Euro étant certaine, cela semblait judicieux. Ça l’est moins aujourd’hui : les monnaies de ces pays étant dévaluées, les emprunts vont être difficiles à rembourser.

Même les entreprises russes devraient 100md$ à l'Ouest.

D’après ce que je comprends, le libéralisme y a eu un grand prestige. On y rêvait d’Amérique et pas d’une Europe évidemment ringarde (Allemagne et France).

Aujourd’hui, c’est à la dite Europe ringarde que l’on demande de l’aide. L’Amérique est indifférente. L’Allemagne commence à être sérieusement lasse (Europe's reluctant paymaster) d’avoir à réparer les effets de l’inconscience collective. L’argument qu’on lui sert est toujours le même : certes elle n’y est pour rien, mais si elle ne fait rien, elle va disparaître avec les coupables.

Début d’enquête : Europe de l’est : bombe à retardement ?

Moutons de Panurge, et fiers de l’être

Dans Moutons de Panurge, je semblais en vouloir à l’humanité pour son conformisme.

Ce serait une erreur. Les mécanismes qui font du groupe un groupe ramènent l’individu dans le rang. Imaginez que vous soyez un financier au milieu d’une bulle financière et que vous dénonciez les pratiques de vos collègues : vous allez perdre votre emploi. Si vous êtes assez intelligent pour repérer la folie collective, autant en profiter pour vous enrichir, non ? D’ailleurs qui vous dit que vous pensiez mieux que le groupe ? Qu’arriverait-il si tous ceux qui croient être plus intelligents que la société avaient le dernier mot ? Le chaos.

Je dis parfois que « l’erreur est humaine, persévérer est diabolique » : ce que nous croyons juste, à un instant donné, n’est qu’une approximation de la réalité dangereuse à l’usage, et qui doit être remplacée par une nouvelle erreur. Dans ces conditions les crises sont inévitables, ainsi que les périodes déboussolées qui les suivent.

Le mieux que l’on puisse faire est probablement d’accélérer l’explosion des bulles, de rendre le tissu social résistant aux chocs, et d’améliorer les processus de recherche d’une issue de secours. C’est sans doute les objectifs que devrait avoir une science du changement.

Compléments :

La fin de la mondialisation

Il y a quelques années, la mondialisation allait de soi. C’était la marche de l’Histoire. Aujourd’hui on en doute.

Fin d’une émission de France Inter, qui parle de Joseph Stiglitz. J’entends dire que l’avenir n’est peut-être plus à la globalisation, mais à des blocs comme l’Europe, L’Amérique du sud, échangeant entre eux avec mesure… Décidément, c’est une idée qui est dans l’air (Moutons de Panurge)…

Est-elle inattendue ? Contrairement à ce que nous serinait la pensée unique, la globalisation n’a rien de neuf. Elle est au centre de l’œuvre d’Adam Smith, en 1776. Immédiatement la pensée allemande s’insurge, estime que la globalisation est utopique, à court terme, et dresse la théorie du protectionnisme, qui permet à chaque nation de développer ses industries propres jusqu’à ce qu’elles soient assez fortes pour affronter la concurrence internationale. Un premier épisode de globalisation réelle survient au 19ème siècle et s’achève par la première guerre mondiale, ou par la crise des années 30, selon les sources. Bref, « globalisation » n’est qu’un aspect d’un discours idéologique qui revient périodiquement.

La bourse de Londres affirme « My word is my bond ». Tout est dit, il ne peut y avoir d’affaires sans confiance. Or, la confiance dépasse difficilement les frontières des nations. Comme le découvrent aujourd’hui les Japonais, être trop dépendants de l’étranger est dangereux.

Compléments :

  • SMITH, Adam, KRUEGER, Alan B, CANNAN, Edwin, The Wealth of Nations: Adam Smith ; Introduction by Alan B. Krueger ; Edited, With Notes and Marginal Summary, by Edwin Cannan, Bantam Classics, 2003.
  • LIST, Friedrich, Système national d'économie politique, Gallimard, 1998.

lundi 9 mars 2009

À quoi sert l’éducation ?

Ed Smith, champion de cricket diplômé de Cambridge, disserte de l’intérêt des études d’histoire pour le sportif.  

Il me semble faire une erreur : penser que les études ont pour seul intérêt de préparer à un métier. Nous ne sommes pas que des joueurs de cricket, nous sommes surtout des membres d’une société, des citoyens. Et un citoyen doit participer à la décision collective, et pour cela utiliser sa « raison », comme le disaient les philosophes de Lumières. Ce qui ne peut se faire sans l’appui de la connaissance accumulée par nos prédécesseurs.

À en juger par l’histoire récente de la planète (billet précédent), notre système éducatif nous a mal formés. Une idée de réforme pour notre Président ?

Moutons de Panurge

Si j’interprète correctement Seeds of its own destruction, l’élite anglo-saxonne doute de ce à quoi elle a cru.

Et si la ligne directrice qu’elle a suivie depuis l’avènement de Reagan avait été une erreur ? Et si on avait donné le pouvoir à des apprentis sorciers ? Et si optimiser les gains de l’actionnaire avait été stupide ? Et si le dirigeant était le mieux placé pour diriger son entreprise ? Et s’il fallait (comme après la crise des années 30) réduire la taille et la complexité des organismes financiers, les découper en métiers uniques ? Les ramener à la taille des nations ? Et s’il fallait revoir la politique monétaire (banque centrale indépendante) et fiscale (minimale) ? Et si la « globalisation » devait s’effondrer comme lors de sa première édition (en 14) ?...

Il y a quelques mois personne n’aurait entendu de tels propos, pourtant appuyés par une raison qui nous paraît maintenant évidente. 

Question : la raison mène-t-elle jamais l’humanité ? Ou la foi ? Une foi irrésistible.

Compléments :

  • Le plus amusant est que ceux qui ont eu raison contre tous sont récompensés. Mais à quoi ont-ils servi ? C'est notamment le cas de l’économiste Shiller (son analyse : SHILLER, Robert J., Irrational Exuberance, Princeton University Press, 2005).
  • Un autre intérêt que je trouve à cet article. La théorie de Frank Knight, que je cite souvent (cf. À qui appartient le profit ?), selon laquelle celui qui assure l’incertitude doit recevoir le profit, aurait eu un rôle que je ne soupçonnais pas dans la crise. Les financiers ayant prétendu qu’ils possédaient les meilleurs outils de gestion du risque, il était naturel que les profits de l’économie leur reviennent. Brillant !

À quoi servent les hedge funds ?

Hedge funds turn to gold : les hedge funds parient « contre les banques centrales ».

Ils espèrent qu’il va y avoir une grande panique qui va amener l’homme à accumuler l’or, que la société va se disloquer. D’ailleurs, n’est-ce pas leur unique ligne directrice ? Quand la bulle financière se développait, préparant la crise, ils s’enrichissaient. Se nourriraient-ils de la destruction sociale ?

Les penseurs libéraux les plus orthodoxes estiment que la justification de l’entreprise est sociale : elle est ce que la société a trouvé de plus efficace pour réaliser la tâche qui lui est confiée. Alors faut-il débrancher les Hedge funds ? Ou ont-ils une utilité que la raison ne comprend pas ? Par exemple forcer la société à la solidarité, sous peine d’explosion ?

Compléments :

dimanche 8 mars 2009

Born to be good

« Nos capacités pour la vertu et la coopération et notre sens moral son vieux, en termes d’évolution » (Forget Survival of the Fittest: It Is Kindness That Counts).

L’homme serait physiologiquement équipé pour l’altruisme (« Nos recherches et celles d’autres scientifiques suggèrent que le nerf vague pourrait être un système physiologique qui encourage l’attention aux autres et l’altruisme »), et s’y livrer serait même bon pour sa santé.

Surprenant. Les gens de pouvoir n’ont de respect que pour l’économiste dont la science repose depuis ses origines sur l’idée que l’homme est poussé par son intérêt égoïste, qu’il cherche à maximiser son profit.

J’imagine qu’Adam Smith et ses successeurs ont dû tirer cette théorie de l’observation du milieu commerçant qui les entourait. Peut-être qu’être dénué d’altruisme dans une société altruiste vous ouvre les plus belles perspectives de carrière ? Mais que lorsque vous et vos pairs prenaient les rênes du monde, la crise est inévitable ?  

Compléments :

Avenir des banques

Crash course se demande ce que les banques peuvent apprendre de ceux qui les ont précédées dans la folie : les opérateurs de télécommunication.

Conseils : identifier ce qui est vraiment solide dans vos affaires, et lui trouver des financements ; « révolution culturelle » pour régénérer un « capital intellectuel corrompu ».

Résultat ? Pas de nouvelles idées, encore moins d’occasions à saisir : les épaves de la crise ne font pas de bonnes acquisitions. Après la griserie du grand large, retour à l’ordinaire de la vie de l’entreprise : défendre ses petits monopoles, « un dur travail contre ses concurrents et des régulateurs revigorés ». « Médiocrité ».

Que donnent les déréglementations ?

Soumettons l’économie aux lois du marché, et il en sortira performance, richesse et innovation. L’exemple de l’énergie européenne (Power games).

L’industrie européenne de l’énergie a été déréglementée il y a quelques années. Fin de consolidation : quelques champions nationaux (EDF, E.ON, RWE, Enel), des acteurs plus petits issus du démantèlement d’autres services publics nationaux, mais dont la faiblesse est protégée par la loi d’une acquisition (injuste) par un champion national. Oligopole. « Au niveau européen, les analystes disent que la consolidation et la concentration pourraient être en train de pousser les prix vers le haut ».

Nouvelle illustration d’un phénomène que seules les élites intellectuelles et gouvernantes ne semblent pas pouvoir comprendre : la concurrence n’amène pas au meilleur des mondes, mais à l’oligopole. Et remplacer le service public par l’oligopole n’est pas bon pour la santé : si le premier essaie de servir la société, le second sert son intérêt.

Consommateur, où est ta victoire ?

Compléments :

  • L’oligopole est partout dans l’œuvre de John Galbraith (The New Industrial State, Princeton University Press, 1985), mais il n’a pas fait école.
  • Estimons-nous heureux, nous n’avons pas connu les affres de la déréglementation de l’énergie californienne (les fournisseurs d’énergie ont adroitement infléchi la loi de l’offre et de la demande en leur faveur, d’où quelques longues coupures d’électricité).

samedi 7 mars 2009

Web2.0 : les réseaux que nous méritons

Pourquoi est-ce que je ne comprends rien aux réseaux sociaux ? Je suis vieux.

Facebook et autres Myspace sont faits pour notre nouvelle sociabilité, celle des moins de 30 ans : « plutôt que de nous lier avec la totalité de l'individu (comme nous le faisions jadis), nous nous branchons à un module de sa personnalité (…) chaque personnalité peut-être imaginée comme une configuration unique de milliers de modules (…) les technologies de réseaux sociaux nous permettent de bien gérer ce changement en gardant trace de la multitude de personnes que nous rencontrons dans notre vie », quand c’est nécessaire, ils nous remettent en mémoire le juste nécessaire de ce que nous devons savoir pour maintenir ces superficielles amitiés.

Over (net)worked ?

Science des réseaux

Les sciences du management s’intéressent au réseau social. On croise partout des travaux sur le « capital social », dernière mode de management :

As sociologist Nan Lin puts it in his book, Social Capital, “Individuals engage in interactions and networking in order to produce profits.” These profits are based upon information, influence, social credentials, and recognition. The accumulated social capital, meanwhile, helps individuals to gain competitive advantages in the labor market as a result of privileged access to “resources” located on the social networks. (When job seekers invade Facebook

Voilà qui est parler à l’homme d’affaires : il doit découvrir la société parce qu’il peut en tirer profit ! Profit personnel qui lui donne la haute main sur ses concurrents. Après l’exploitation de l’homme par l’homme, exploitation de la société par l’homme.

Pas d’accord. Si j’entre dans une équipe de foot, c’est pour pouvoir jouer au foot, ce que je ne pourrais pas faire seul. Et je ne vais pas en tirer un profit (égoïste), une accumulation d’argent, un avantage, mais le plaisir de remplir le rôle pour lequel je suis doué, et, de ce fait, de contribuer au succès des miens. On ne peut retirer quelque chose que si l’on donne une contrepartie. Et ce que l’on donne, c’est l’exercice de son talent. La société c’est l’effort commun, pas la concurrence, c’est faire ensemble ce que personne ne pourrait faire seul.

Le banquier a le doigt long

Plus le rapport de tailles entre l'index et l'annulaire est grand, meilleur est le trader.

Ce rapport est une mesure directe du taux de testostérone reçu par l’embryon. Si ce taux est élevé, il possède « confiance, appétit du risque et la capacité de traiter rapidement des informations ». Le portrait du banquier.

Cambridge News (Research suggests bankers’ biology more important than skill, page 5)

Inégalités françaises ?

Les classes moyennes sous pression, étude du CREDOC : les conditions de vie des classes moyennes se sont-elles détériorées ?

Lecture rapide, donc incorrecte. Ce que j’en ai retenu, toutefois.

  • Les classes moyennes sont définies comme tout ce qui gagne entre 75 et 150% du niveau de vie médian. Pourquoi-pas. Avec cette définition, on constate qu'elles croissent, contrairement à ce qui se passe ailleurs. Mais, depuis les années 90, le niveau de vie des classes moyennes évolue moins vite que celui de la population dans son ensemble.
  • Plus intéressant, et plus mystérieux, l’étude définit plusieurs niveaux de dépenses : les dépenses contraintes (logement, eu, gaz…), les dépenses incontournables (alimentation, santé…), ce qui reste (loisirs, épargne…). Les dépenses contraintes (on ne dit rien sur les autres), ont augmenté terriblement pour les plus démunis : elles sont passées de 24% à 48% pour la couche la plus défavorisées, contre de 20 à 27% pour la couche la plus favorisée (en 25 ans).
  • On observe aussi que, sur le long terme, l’inflation est légèrement plus défavorable aux moins favorisés touchant un peu plus sérieusement ce qu’ils consomment.

L’étude semble conclure qu’il n’y a pas eu d’appauvrissement des classes moyennes, comme on le dit parfois. Cette impression pourrait venir de ce que la fin de la croissance des 30 glorieuses a rompu avec l’enrichissement rapide d’alors : dorénavant les écarts entre classes de revenus ne semblent plus pouvoir se combler.

Sous-jacente est la question de l’inégalité. Un indicateur : le pourcentage de la richesse nationale détenue par le % le plus riche. Aux USA et en Angleterre, il est passé de 8 à 17% et de 7 à 13%, respectivement, en une trentaine d’années, en France il a décollé plus récemment, passant de 7 à 8,5% en 20 ans. Si l’on introduit la notion de contrainte dans les dépenses, il y aurait eu augmentation des inégalités ces dernières années (au moins de 96 à 2003).

Mais le plus surprenant ne semble pas avoir attiré l’attention des rédacteurs de l’étude :

  • Alors qu’il était en croissance auparavant, le taux d’accession à la propriété a notablement chuté, depuis 1990 pour approximativement 80% de la population (catégorie la plus pauvre : de 54 à 34%, moyenne supérieure de 56 à 51%). Ce qui explique notamment le différentiel d’inflation et de dépense contrainte : le coût du logement ayant crû (bulle immobilière), les non propriétaires ont été sérieusement touchés.
  • La population est étonnamment atteinte par le chômage : un quart de la tranche la plus riche et ¾ de la tranche la plus pauvre l’ont connu. Et cela pour une population qui compte un tiers de fonctionnaires ! À cela s’ajoute une croissance continue du temps partiel (39% pour la catégorie la plus pauvre).

Conclusion ? L’étude fait une erreur idéologique. L’enrichissement (l’accumulation de biens matériels) n’est que secondaire dans la vie humaine, le PIB n’est pas une mesure de bonheur. Ce qui compte pour le Français est ailleurs : c’est probablement plus la possibilité de pouvoir posséder quelque chose à soi, et surtout de ne pas être soumis à l’aléa de l’emploi. Et, pour ces critères, notre sort s’est collectivement, massivement ?, dégradé (à l’exception peut-être des classes supérieures de fonctionnaires).

Compléments :

  • C’est pour cela que le modèle libéral ne nous convient pas : il nous demande de sacrifier la stabilité de notre vie à la performance économique, en échange d’un enrichissement collectif qui profitera de manière disproportionnée à une minuscule élite, et qui, de toute manière, n’est qu’un souci annexe. Une illustration de l’injonction que fait l’économie à l’homme : Baiser de Judas ?

vendredi 6 mars 2009

Elan d'amour

Popularité soudaine des réseaux sociaux.

When job seekers invade Facebook : les réseaux tels que LinkedIn et Facebook connaissent un énorme succès. Aux USA l’adhésion à linkedIn aurait crû de 200%. Le secteur financier, du moins ses anciens membres, vient de découvrir les vertus de l’entraide sociale.

Compléments :

jeudi 5 mars 2009

Baiser de Judas ?

Nicolas Sarkozy aurait-il un ennemi à l’OCDE ?

Celui-ci l’encourage à poursuivre une politique qui vise à amener le PIB de la France au niveau des plus performants, i.e. des USA. Pour cela ? Incitation au travail, baisse des minima sociaux et du coût du travail, assouplissement des conditions de licenciement, autonomie et financement privé de l’université, et par l’emprunt, des études.   

Sauver l'industrie

Mon billet sur Continental m’a laissé un goût d’inachevé. Je suis rattrapé par ma conscience. En l’écrivant, je pensais qu’il était tout de même difficile pour un équipementier d’éviter de fermer ses usines : son marché se contracte, et il a peu de leviers d’action. Mon expérience dans le secteur me dit autre chose.

Lors d’une longue mission j’ai constaté une curieuse dérive. Les investissements en capital (machines) des grands équipementiers semblent avoir beaucoup augmenté. Dans le cas d’une unité que j’ai examinée, la société dépensait de l’ordre de deux fois plus en capital que ses concurrents japonais ou de l’est, mais aussi qu’elle ne dépensait quinze ans auparavant. Ce surinvestissement était en partie compensé par une baisse des ses coûts opérationnels (moins de personnels), mais pas suffisamment pour trouver la rentabilité d’antan. Parallèlement l’entreprise s’était remplie d’ingénieurs, d’un très important quartier général et d’énormes structures de contrôle (contrôleurs de gestion, ERP, acheteurs, auditeurs, qualiticiens, etc.), tout cela étonnamment bien payé.

Il y a ici peut-être une idée pour l’ensemble de l’économie : diminuer sérieusement les investissements en capital, pour préserver un emploi qualifié, et à terme réduire le haut de la pyramide qui a pris un gros embonpoint.

Ceci ne signifie pas mettre au chômage les fabricants de machines, mais leur demander de concevoir des machines simples qui ne cherchent pas à éliminer l'homme.

Ainsi, en évitant de licencier leurs personnels, les entreprises évitent de déprimer leur marché final, qui est fait de leurs employés…

Compléments :

  • Chaque pays se repliant sur lui-même, nos industries doivent reconstruire leur marché local. En particulier, les pays émergents ont compris qu’ils devaient relancer leur consommation interne, ils ne vont sûrement pas en faire profiter l’industrie occidentale. Recomposition de l’industrie automobile ?
  • La forme que prenaient nos entreprises (infrastructure de contrôle encadrant des personnels sans qualification) était anglo-saxonne : Gemeinschaft ou Gesellschaft.

Pauvre Europe

Pour qui vais-je voter aux Européennes ? Je m’apprêtais à me pencher sur les enjeux de l’élection et les propositions des uns et des autres, lorsque PS et Européennes : la conjuration des médiocres a détruit ma motivation.

On sait que Nicolas Sarkozy utilise les dites élections pour se délester de ce qui encombre son gouvernement. Quant au parti socialiste, il met aux meilleures places de sa liste européenne de petits copains, si possible incompétents. Décidément nos élites gouvernantes obéissent bien plus à leurs intérêts personnels qu’à celui de la nation…

Dans son histoire du socialisme, l’historien Donald Sassoon explique que le socialisme gère le capitalisme, en particulier lors des crises, que le marché ne sait pas régler seul. Aurait-on besoin d’un bon coup de dirigisme, évidemment au niveau européen, vu le peu de poids de notre pays ?

Mais alors pourquoi Martine Aubry, fille du Front populaire et de Jacques Delors, ne saute pas sur l’occasion ?

Compléments :

  • Dommage l’UE est une bien belle chose qui demanderait que le peuple s’y intéresse : L’Europe est-elle une communauté ?
  • SASSOON, Donald, One Hundred Years of Socialism: The West European Left in the Twentieth Century, New Press, 1998.

mercredi 4 mars 2009

Nous sommes écoutés

Mes billets sur les Antilles me font découvrir une société.

Je reçois un mail qui m'écrit :

L'institut d'études linkfluence, spécialisé dans l'analyse des conversations sur le web social, a mis en place depuis une semaine un observatoire de la crise antillaise visant à analyser les conversations au sein des communautés online de l'outremer et dans l'hexagone.

Nous rédigeons chaque jour sur notre blog une note analysant la teneur de ces conversations, que vous trouverez à cette adresse : http://linkfluence.net/fr/news/.

J’ai regardé rapidement ce qui m’était communiqué. D’après ce que j’ai compris, cette entreprise utilise une technologie qui lui permet de construire des graphes des échanges sur Internet : on y voit de jolies constellations stellaires - liens entre sites et tendance des sites. Il semblerait que l’on puisse en déduire les sites qui ont le plus d’influence, et, en analysant ce qu’on y trouve, en tirer un état de l’opinion (à condition que ce qui se dise sur Internet reflète l’opinion générale).

Foules pacifiques

Les foules ne sont pas ce qu’on croit :

  • Les forces de police nombreuses et lourdement armées les provoqueraient. Pas le policier discret et rare. Les deux techniques ont été testées sur les supporters anglais lors de deux versions de L’Euro : mille fois moins d’arrestations dans le second cas (Taming the Madness of Crowds).
  • Les nombreuses caméras de sécurité anglaises, à défaut d’éradiquer la violence, ont montré que la foule tendrait à calmer l’agressivité de ses membres. « le Dr Levine parle de chorégraphie collective de la violence, dans laquelle la foule détermine le résultat autant que le protagoniste et la cible » (The kindness of crowds).

Tags publicitaires

La main invisible du marché a trouvé un nouvel emploi.

Hier j’entends RFI dire qu’en Allemagne on utilise des tagueurs pour peindre des publicités murales. Ce qui a des avantages : les propriétaires de murs sont payés, la publicité coûte peu, et elle plaît aux jeunes.

Intérêt d’une culture vénale : petit à petit elle gagne tout le monde, il n'y a plus de hors la loi.

Avenir de l’automobile française

Le billet précédent m’amène à me poser des questions :

Si l’évolution naturelle de l’industrie automobile est un tel bouleversement, l’industrie française a-t-elle une chance de survivre ? Si la transformation demande une alliance état / industrie, l’économie locale a-t-elle la force nécessaire ? Le pays a-t-il l’innovation et la recherche qu’il faut ?

Alors, alliance européenne ? Mais, il n’y a pas beaucoup de succès dans ce domaine (EADS : pas brillant, Siemens quitte Areva, Dassault n’a su s’approcher de personne…), les nationalismes semblent encore suffisamment forts pour faire capoter toutes les équipes. 

mardi 3 mars 2009

Recomposition de l’industrie automobile ?

Une bataille capitale s'engage avec la transition vers la voiture propre, par Michel Freyssenet. La seule certitude en ce qui concerne l’industrie automobile est que ses stratégies étaient erronées et creusent sa tombe. Le cercle vicieux est fascinant :

Elle pensait trouver un nouveau marché dans les pays émergents, et maximiser ses marges en remplaçant ses employés occidentaux par des orientaux moins chers. Résultat : des Orientaux qui ne veulent pas de ses produits, des Occidentaux qui ne peuvent plus se les payer !

Explication. La crise qui résulte de la généralisation de ce raisonnement fait que l'Oriental va devoir relancer son économie seul, et que pour cela il préfère consommer ce qu'il produit. Quant à l'Ouest, cette politique y a transformé le marché. D'un côté, de nouveaux riches. De l'autre de nouveaux pauvres, victimes de ses délocalisations. Besoin : très haut de gamme, polluant, et très bas de gamme, qui demande une sorte de recul technologique de trente ans (Logan). Disparition d'une grosse partie du marché de constructeurs tels Peugeot et Renault ?

Exemple d'effet de levier, en quelque sorte. Une erreur de direction et en quelques années une industrie plus que centenaire peut être rayée de la carte.

À cela s'ajoute la question de la mise au point de motorisations peu polluantes. L’avenir est-il à des solutions locales favorables à tel ou tel acteur national ? Solutions globales ? Les fabricants actuels vont-ils survivre ou être remplacés par d’autres acteurs (concurrents émergents, équipementiers, fournisseurs d’énergie…) ? Ou les grands triomphateurs seront-ils les états qui auront su créer les conditions nécessaires à ce renouveau ?

Complément :

lundi 2 mars 2009

Le bal des actrices

Application de ce qui précède. Un film dont je suis sorti très épaté.

Pourquoi y suis-je allé ? Comme l’ethnologue pour découvrir une peuplade inconnue, une nouvelle culture.

Est-ce un documentaire ou un film ? Les réactions semblent saisies sur le vif. Pourtant elles ne le sont pas. Est-ce l’excuse de la comédie qui permet de dire des choses vraies et cruelles, sans que cela soit inacceptable ?

On les voit pas belles, humaines. Et pourtant j'ai eu l'impression d'un extraordinaire "book" de leurs talents les plus forts et cachés. Talents que personne n’oserait solliciter parce qu’ils exigent qu’elles se dépouillent de l'illusion de leur apparence ?

Mes considérations n’ont probablement pas grand intérêt. En tout cas un film qui m’a semblé amusant et conseillé en temps de crise.


Cinéma et crise

Beaucoup de gens vont au cinéma (+4% d’une année sur l’autre).

Je m’y attendais : les crises sont bonnes pour le spectacle. Les théâtres de la dernière guerre étaient pleins. Mais ce à quoi je ne m’attendais pas était l’interprétation du sociologue qui allait avec la statistique ci-dessus : le cinéma est un art social, nous en avons besoin après le grand moment d’individualisme que nous avons connu.

Pour ma part, je pensais que le problème des crises était l’incertitude, « l’Anomie » ; et que le spectacle nous offrait un espace rassurant, dont on connaissait à nouveau les règles du jeu. Autre possibilité : « distraction », « diversification émotionnelle ». Et la théorie de Malinowski sur la religion (Religion et changement) ? Peut-être que l’art joue le rôle de la religion pour Malinowski ? Dans les moments où l’homme est en proie à une peur destructrice, l’art le rassure et lui inspire un comportement favorable aux intérêts de la société ?...

Une idée d’expérience : quelles sont les distractions qui connaissent de plus en plus notre faveur ? Plutôt de groupe (on retrouve ses amis), ou plutôt individualistes (jeu vidéo) ? Quels sujets de films : introspection ou drame social ?... 

Continental ferme

Ce que dit le ministre concerné :

"Je suis depuis plusieurs mois la situation de Continental en France, son site de l'Oise en particulier, et je recevrai demain (mardi, ndlr), à Bercy, les dirigeants du groupe Continental", a expliqué Luc Chatel. "On ne peut pas laisser partir comme ça un site de production aussi important. Nous allons regarder avec eux, dans le cadre du pacte automobile et dans le cadre de leur stratégie, ce qu'on peut faire pour ce site, si important pour l'industrie française", a-t-il ajouté.

Il me semble que cette attitude est plus habile que celle adoptée pour Gandrange.

  • C’est l’exemple même des techniques de communication de crise : affirmer que le problème est important ; se placer comme « donneur d’aide ».
  • La négociation a des vertus surprenantes. Les négociateurs atteignent généralement leur objectif. Pourquoi ? 1) parce qu’ils ont des objectifs différents 2) parce qu’ils sont complémentaires : à deux il est énormément plus facile pour chacun d’atteindre son objectif personnel que seul.

La tactique du ministre semble juste : comprendre la problématique à laquelle fait face l’entreprise, et chercher comment la résoudre dans le meilleur intérêt de celle-ci, mais en imposant la contrainte de réduire au mieux l’impact socio-économique de la réorganisation. 

Tout problème a de nombreuses solutions, alors que l’on n’en voit généralement qu’une seule. L’État dispose de moyens qui, à peu de frais pour lui, peuvent faire basculer l’intérêt de l’entreprise d’une solution à une autre.

Technique pour lancer la négociation (exemple) : demander à l’entrepreneur plusieurs scénarios (le site reste tel quel, il est réorganisé, etc.) et les moyens qui lui seraient nécessaires pour qu’ils les choisissent. À partir de la, le négociateur fait une « analyse de la valeur », en cherchant à comprendre la logique de ce qu’on lui expose, et s’il n’y a pas d’autres moyens d’arriver au même résultat que ceux qu'on lui propose - qui lui coûtent moins mais tout aussi efficaces.

Compléments :

  • REGESTER, Michael, LARKIN, Judy, Risk Issues and Crisis Management: A Casebook of Best Practice, Kogan Page, 3ème edition, 2005.
  • FISHER, Roger, URY, William L., Getting to Yes: Negotiating Agreement Without Giving In, Penguin, 1991.

dimanche 1 mars 2009

Assurance systémique

Je ne me suis pas intéressé à ce qui était proposé pour contrôler les organismes financiers. J’étais probablement convaincu que le cas était désespéré. Mais, des idées utiles semblent émerger. Taxing financial pollution: Mandatory liquidity charges propose de créer une assurance anti risque systémique.

Le système d’assurance traditionnel de l’organisme financier est constitué par des réserves. Elles doivent être équivalentes à un pourcentage des actifs à risque. Beaucoup de travaux portent aujourd’hui sur le calcul d’un montant de réserves qui permette d’éviter les désagréments que nous vivons aujourd’hui.

L’assurance en question viendrait compléter ce dispositif. En cas de crise systémique, affectant toute la profession, le fonds assureur interviendrait pour la renflouer. En échange, elle perdrait une partie de sa capacité à prendre des décisions dangereuses (capacité à décider de dividendes et de bonus). 

Europe de l’est : bombe à retardement ?

Parmi les surprises de la crise, voici l’Europe de l’est. Les derniers entrés dans l’UE semblent en mauvaise forme, ce qui ne peut pas nous laisser indifférents.

Je dois avouer que je n’ai pas très bien compris la nature de la question. Ce qui semble émerger :

  1. Les banques de l’Europe de l’Ouest seraient quasiment propriétaires du secteur bancaire local. Elles seraient exposées à hauteur de 600md€. Elles auraient été prises d’une crise de folie en 2007, qui les aurait amenées à prêter beaucoup plus que ne le permettait le niveau des dépôts. Mais le problème ne serait que marginalement local. Forcées par la crise et les mesures qu’elle entraîne d’augmenter le taux de garantie de leurs prêts – une solution étant de réduire leurs encours -, elles sont tentées d’abandonner leurs filiales et leurs engagements orientaux. Ce qui, bien entendu, pourrait dévaster les dits pays. (Le problème serait le même pour le tissu productif, possédé en grande partie par l’Occident.)
  2. Par ailleurs les pays auraient de très lourds déséquilibres entre imports et exports.

Pour éviter une crise « systémique » (prises individuellement, les banques ont intérêt à se désengager, ce qui, globalement, signifie le désastre), What EU leaders must do to avoid banking crisis in Eastern Europe (dont je tire ces informations), suggère de créer un fonds de solidarité européen (500 à 700m€). Il fournirait des crédits à ceux qui en ont besoin. Il pourrait être garanti par l’Ouest. Mais pas alimenté par ses états : la demande internationale pour ce type d’emprunts d’état est forte (Les gouvernements doivent rendre l’avenir prévisible).

Il y a peut-être là une nouvelle démonstration de l’efficacité admirable du laisser-faire et des marchés : un peu d’inattention, et, en deux temps trois mouvements, ils vous transforment la planète en un champ de ruines. 

Compléments : 

  • Je me demande si ceci ne signifie pas que l'Est est presque entièrement entre les mains de l'Ouest. Nouvel exemple de : À vendre, pays pauvre ?

Sort de l'Irlande

Début d’enquête (Pauvre Irlande) : il y a quelques années on nous présentait l’Irlande comme le modèle à imiter ; aujourd’hui sa situation semble difficile.

Ireland: How to fix the looming banking and public finance crises explique qu’elle a la particularité d’amplifier les sautes d’humeur de l’économie.

  • Elle avait placé son industrie dans les « chaînes de production des principales multinationales ». Ces entreprises allant mal, elle aussi. En plus le pays était fortement exportateur.
  • Elle a évité les subprimes, mais ses banques se sont lancées dans une surenchère de prêts inconsidérée. Aujourd’hui elles valent « environ 2 ou 3% de leur valeur maximale ».
  • Son gouvernement finançait une politique coûteuse par des impôts sur l’immobilier et sur les bénéfices des entreprises (pour éviter d’imposer les personnes ?). Tout cela s’étant contracté, le déficit est apparu. Ce à quoi il faut ajouter les dettes des banques garanties par l’état (plus de deux fois le PIB).

Comment s’en tirer ? En revenant à un système d’imposition que l’orthodoxie libérale réprouve : impôts sur le revenu, TVA, taxes indirectes. Heureusement, il semblerait qu’il y ait une bonne entente entre syndicats, patrons et gouvernants, et une forte capacité à l’adaptation de cet ensemble (« employeurs et travailleurs négociant un nombre impressionnant d’accord d’entreprise pour maintenir l’emploi, y compris des mesures telles que des réductions substantielles de salaire, des ajustements d’heures travaillées et des systèmes de congés sabbatiques »). 

Chine et Kant

Vente d’une collection appartenant à Yves Saint-Laurent et Pierre Berger, et mécontentement chinois.

La Chine réclame la restitution de deux pièces prises lors d’une guerre, vers 1850.

L’affaire a été jugée par un tribunal français. Mais ça n’apaise pas la Chine. Veut-elle faire de la publicité à son pouvoir de nuisance ? (Le Chinois ne comprend que la force, La Chine ne nous aime pas.)

Cela m’a fait penser à une suggestion de Kant. Pourquoi, lorsque nous trouvons meilleures nos idées que les lois, ne nous demandons nous pas ce que ces idées deviendraient généralisées en loi ?

Qu’est-ce qui appartient au patrimoine d’un pays ? Quand est-il légal ou non de le lui prendre ? Faut-il condamner les descendants de ceux qui ont gagné des guerres, pour ce qu’ont fait leurs prédécesseurs ? Y a-t-il une nation qui ne soit pas coupable ?  

Bellamy

Dernier film de Claude Chabrol.

Les films de Claude Chabrol me laissent curieusement indifférent. C’est pour cela que j’ai choisi ce film : j’avais besoin de couleur et de calme. Les affres du changement, c’est bon pour les autres.

Je n’ai pas été déçu. Mais quelque chose a fini par me surprendre. Ce téléfilm m’a semblé avoir 50 ans. La façon de parler de Depardieu m’a fait penser à Maigret. C’était frappant. D’ailleurs c’est une intrigue « psychologique » à la Simenon. Il ne se passe rien. Plus frappant : les rapports humains ne me semblent pas ceux auxquels je suis habitué. Il y a une sorte de déférence, de respect, qui s’est perdu.

J’ai regardé le dossier de presse. Effectivement, le film est un hommage à Simenon. Chabrol approche des 80 ans, ce qui peut expliquer qu'il soit attaché à un autre temps. Il parle :

"A un moment donné, Bellamy dit de son frère Jacques : "Je ne pouvais plus supporter son visage d'ange." Bien entendu, il s'agit d'une projection de ce que lui-même n'est pas. Par la suite, c'est l'inverse qui se produit : Bellamy représente, aux yeux de son frère, une sorte d'ange que lui ne peut pas réussir à atteindre, ni à détruire. Car, si Jacques incarne la part d'ombre de leur fratrie, c'est parce que Bellamy a lui-même éteint sa part de lumière."

Je n'avais pas saisi.

Grand Paris

Cette semaine, j’ai entendu parler des difficultés d’un projet visant à rationaliser le fonctionnement de la Région Parisienne.

Les réformes semblent suivre un mécanisme invariable (voir par exemple l'analyse du début de Réforme de la recherche (suite)). Une analyse partagée d’abord :

Le diagnostic général ne soulève pas de controverses majeures. Chacun admet que Paris étouffe dans des frontières inchangées depuis un siècle et demi. Chacun reconnaît que la coupure trop longtemps marquée entre la capitale et sa région de quelque 9 millions d'habitants n'a pas permis de traiter à la bonne échelle des problèmes aussi cruciaux que le logement (insuffisant), les transports (surchargés), la crise des banlieues "sensibles" (qui se sont embrasées en 2005) ou encore les enjeux écologiques et de compétitivité internationale. Chacun, enfin, préconise, d'une manière ou d'une autre, l'émergence d'un mode de gouvernance de cette métropole moins fragmenté, plus collectif et global.

Puis proposition d’un plan gouvernemental (ici, par Édouard Balladur), qui fait hurler les responsables concernés.

Je crois reconnaître ce que je vois dans les entreprises. Ce qui pêche dans les nouvelles stratégies ce ne sont pas leurs orientations, mais leur mise en œuvre. Elle reflète la vision biaisée de celui qui les a conçues. La « résistance au changement » est l’expression de l’oubli de la réalité.

Malheureusement, cette expression est trop rare ou trop maladroite, si bien que la mise en œuvre se fait. Incorrectement donc. Beaucoup plus tard des dysfonctionnements se manifestent, et on accuse alors ceux qui les subissent d’en être responsables. (Indépendance des Antilles.)

Compléments :

samedi 28 février 2009

Désagréable innovation

Olivier Ezratty (billet précédent) tire de son voyage un rapport sur les technologies de l’innovation en Asie. Je n’accroche pas.

Je ne peux m’empêcher de penser qu’en grande partie c’est de « l’art pour l’art ». à quoi cela peut-il servir ? D’accord avec Galbraith : l’entreprise doit nous manipuler pour nous faire consommer ce qu’elle produit (L’ère de la planification) ?

Il me semble que la principale caractéristique de l’innovation est d’être dangereuse. Elle est le fait de personnes hyperspécialisées. Elles ne perçoivent du monde que leur technologie particulière. Elles pensent détenir quelque chose d’essentiel, et sont prêtes à tout pour nous l’imposer. (Si nous n’en avons pas vu l’utilité, c’est évidemment que nous sommes stupides !)

Paradoxalement moins l’innovation a d’intérêt, plus leur réussite est certaine : nous n’y prêtons pas attention. C’est probablement ainsi que les Chinois n’ont pas su se garantir des invasions : je soupçonne qu’ils méprisaient trop les barbares pour en voir le danger (à commencer par celui que représentait l’Occident).  

Compléments :

Innovation et culture

Olivier Ezratty, qui revient d’un voyage en Asie (délégation emmenée par Nathalie Kosciusko-Morizet), observe que la manière d'innover d'un pays est marquée par sa culture (Retour de Corée et Japon – culture et innovations).

  • Japon replié sur lui-même. D’où, notamment, un énorme intérêt pour la robotique. Le robot évitera d’avoir recours à un personnel immigré pour s’occuper des personnes âgées.
  • Quant à la Corée, reconstruite à neuf, elle aime la nouveauté. 

Rira bien qui rira le dernier

False comfort in Europe, un billet de The Economist, annonce que les systèmes de protection sociale de la zone euro ne sont qu’apparemment bénéfiques, ils vont se retourner contre elle en phase de reprise.

L’argument est intéressant, par les hypothèses implicites qu’il fait :

  1. Il estime que l’économie est plus importante que l’homme : la souffrance du licencié ne compte pas devant l’efficacité de l’économie. Ne serait-il pas temps qu’on cherche à la mettre à notre service ?
  2. Il croit qu’il y aura reprise. Mais, comme le dit le billet précédent, les mécanismes de marché ne savent pas résoudre une récession ayant des conséquences inadmissibles pour le peuple. Ce qui a rétabli les économies « développées » des années 30, ça a été la guerre, et son dirigisme, pas le marché.

Complément :

Apocalypse now ?

Jean-Noël Cassan s’inquiète : un Think Tank prédit la catastrophe, et Le Monde relaie son opinion. La crise peut-elle très mal tourner ?

Il me semble que, ces trois dernières décennies, nos élites ont détricoté ce que leurs aînés avaient construit en réaction à 29, et ses conséquences : la montée du totalitarisme et la guerre. Elles ont à nouveau permis à la finance d’être opaque et incontrôlable, et ont en partie défait les protections sociales qui évitaient au petit peuple un sort qui le pousse à la révolte. À cela s’ajoute l’arrivée en trombe de pays émergents, qui ont adopté les recettes d’un capitalisme qui semblait triomphant (pour ceux qui n’ont pas déjà subi une crise du fait de son adoption - cf. Consensus de Washington). Et puis, il y a un possible dérèglement climatique et moult tensions régionales qui pourraient déboucher sur des crises majeures.

Citation de l’article :
Dans cette édition où il est question que la crise entre, au quatrième trimestre 2009, dans une phase de "dislocation géopolitique mondiale", les experts prévoient un "sauve-qui-peut généralisé" dans les pays frappés par la crise. Cette débandade se conclurait ensuite par des logiques d'affrontements, autrement dit, par des semi-guerres civiles. "Si votre pays ou région est une zone où circulent massivement des armes à feu (parmi les grands pays, seuls les Etats-Unis sont dans ce cas), indique le LEAP, alors le meilleur moyen de faire face à la dislocation est de quitter votre région, si cela est possible."
Selon cette association, formée de contributeurs indépendants issus des milieux politiques et économiques et de professionnels européens de différents secteurs, les zones les plus dangereuses sont celles où le système de protection sociale est le plus faible.
La crise serait ainsi à même de susciter de violentes révoltes populaires dont l'intensité serait aggravée par une libre circulation des armes à feu. L'Amérique latine, mais aussi les Etats-Unis sont les zones les plus à risques. "Il y a 200 millions d'armes à feu en circulation aux Etats-Unis, et la violence sociale s'est déjà manifestée via les gangs", rappelle Franck Biancheri, à la tête de l'association. Les experts du LEAP décèlent d'ailleurs déjà des fuites de populations des Etats-Unis vers l'Europe, "où la dangerosité physique directe restera marginale", selon eux.
Ce scénario serait vraisemblable s’il n’existait aucun moyen de contrôle de telles instabilités. Or, ce n’est pas le cas. Les grands pays sont riches et puissants, en dépit de la crise. Et interventionnistes. Ils ne portent pas les cicatrices d'une guerre mondiale et ne sont pas en proie au nationalisme des années 30. Leurs protections sociales demeurent beaucoup plus développées qu’alors. En particulier je ne vois pas pourquoi les USA se livreraient à une guerre civile, à aussi court terme, alors que ça n’a pas été le cas dans les années des « raisins de la colère ».

Compléments :

vendredi 27 février 2009

Aux sources de notre discours économique ?

Dans The Affluent Society (Mariner Books, 1998), John Galbraith fait une brève analyse des théories économiques. Pour lui, elles ne font qu’exprimer des avantages acquis, au mieux l’expérience limitée, et l’époque, de ceux qui les ont conçues. Bizarrement, dans ce qu’il considérait comme désuet dans les années 50, on retrouve des idées qui nous sont familières :
  1. Le Darwinisme social de Spencer (1820 – 1903), qui aurait inventé la phrase « survie du mieux adapté ». Son idée était que le bon fonctionnement du marché demandait l’élimination du plus faible. Cette théorie servait à justifier les grandes fortunes du début du 20ème siècle (Rockefeller : « ce n’est pas une tendance mauvaise des affaires. C’est simplement la réalisation d’une loi de la nature, d’une loi de Dieu »). Bizarrement elle a été remise à la mode par la Nouvelle économie et semble toujours séduire (Pour un salarié adaptable ?).
  2.  « Cependant, l’argument de Ricardo pour laisser tout au marché – sans laisser la compassion interférer avec le processus économique – était essentiellement fonctionnel. L’oisiveté n’étant pas subventionnée et la substance n’étant pas gaspillée, plus était produit et le bien-être général serait ainsi augmenté. » Travailler plus pour gagner plus ? (Il faut ajouter que Ricardo avait une vision déprimante du monde : il y aurait toujours une abjecte pauvreté.)
  3. Marx : « Le problème était que le pouvoir d’achat des travailleurs ne restait pas à la hauteur de ce qu’ils produisaient. Une crise devenait inévitable. » La relance par la consommation ?
Discours économique dont on nous abreuve = science ou idéologie ? Et idéologie qui a échoué ? Au lieu de se lancer à la figure des idées injustifiées, ne serait-il pas temps d’avouer notre ignorance, et de nous mettre, ensemble, à chercher une solution ? (Forcément dans une voie qui n’a pas encore été explorée.)