samedi 14 mars 2009

Sociologie des réseaux sociaux (suite)

L’exploration des mystères des réseaux sociaux continue (Primates on Facebook).

Question récurrente : la science nous dit que l’homme peut entretenir un réseau social de 150 personnes (Robin Dunbar), or les réseaux sociaux électroniques de bien des gens sont bien plus importants.

Une analyse plus fine montrerait que le réseau actif serait en fait petit : 10 ou 16 personnes selon que l’on est homme ou femme. (Cela pourrait signifier que le réseau social ne contient qu’une petite partie du groupe de proches ?)

Il se pourrait finalement que l’objet des réseaux sociaux consiste à donner sa vie en spectacle à un cercle plus large que celui de ses amis.

Web2.0 : les réseaux que nous méritons

Inquiétante Amérique

Avant d’admirer l’Amérique, il faut la connaître.

Dernière affaire en date (The lowest of the low). Contre pots de vin, des juges alimentaient en adolescents (innocents – 9 mois pour un enfant de 14 ans coupable d’une claque !) un centre de détention pour délinquants juvéniles. Auparavant, ils avaient fait fermer une prison publique et donné leur accord à la construction de leur gagne pain.

De tels cas seraient inhérents au système judiciaire américain : où l’on élit des juges, qui ont donc besoin d’argent pour faire campagne.

Drôle de pays que l’on nous donne si souvent en exemple : pour un peu d’argent de poche on y est prêt à détruire la vie d’un homme ; et il semble qu’il y ait des classes de citoyens qui n’aient pas de droits.

Aussi : Only in America, Comment être condamné à mort?, J’irai dormir à Hollywood.

Propagande américaine

L’ami d’un ami me parle d’un point de vue anti-impôts, anti-Obama qui a un grand écho aux USA. Un mail que l’on s’échange :
A letter from the Boss:
To All My Valued Employees,
There have been some rumblings around the office about the future of this company, and more specifically, your job. As you know, the economy has changed for the worse and presents many challenges. However, the good news is this: The economy doesn't pose a threat to your job. What does threaten your job however, is the changing political landscape in this country.
However, let me tell you some little tidbits of fact which might help you decide what is in your best interests. First, while it is easy to spew rhetoric that casts employers against employees, you have to understand that for every business owner there is a Back Story. This back story is often neglected and overshadowed by what you see and hear. Sure, you see me park my Mercedes outside. You've seen my big home at last years Christmas party. I'm sure; all these flashy icons of luxury conjure up some idealized thoughts about my life. However, what you don't see is the BACK STORY : I started this company 28 years ago. At that time, I lived in a 300 square foot studio apartment for 3 years. My entire living apartment was converted into an office so I could put forth 100%effort into building a company, which by the way, would eventually employ you. My diet consisted of Ramen Pride noodles because every dollar I spent went back into this company. I drove a rusty Toyota Corolla with a defective transmission. I didn't have time to date. Often times, I stayed home on weekends, while my friends went out drinking and partying. In fact, I was married to my business -- hard work, discipline, and sacrifice. Meanwhile, my friends got jobs. They worked 40 hours a week and made a modest $50K a year and spent every dime they earned. They drove flashy cars and lived in expensive homes and wore fancy designer clothes. Instead of hitting the Nordstrom's for the lat est hot fashion item, I was trolling through the discount store extracting any clothing item that didn't look like it was birthed in the 70's. My friends refinanced their mortgages and lived a life of luxury. I, however, did not. I put my time, my money, and my life into a business with a vision that eventually, someday, I too, will be able to afford these luxuries my friends supposedly had. So, while you physically arrive at the office at 9am, mentally check in at about noon, and then leave at 5pm, I don't. There is no "off" button for me. When you leave the office, you are done and you have a weekend all to yourself. I unfortunately do not have the freedom. I eat, and breathe this company every minute of the day. There is no rest. There is no weekend. There is no happy hour. Every day this business is attached to my hip like a 1 year old special-needs child. You, of course, only see the fruits of that garden -- the nice house, the Mercedes, the vacations... you never realize the Back Story and the sacrifices I've made. Now, the economy is falling apart and I, the guy that made all the right decisions and saved his money, have to bailout all the people who didn't. The people that overspent their paychecks suddenly feel entitled to the same luxuries that I earned and sacrificed a decade of my life for. Yes, business ownership has it's benefits but the price I've paid is steep and not without wounds. Unfortunately, the cost of running this business, and employing you, is starting to eclipse the threshold of marginal benefit and let me tell you why: I am being taxed to death and the government thinks I don't pay enough. I have state taxes. Federal taxes. Property taxes. Sales and use taxes. Payroll taxes. Workers compensation taxes. Unemployment taxes. Taxes on taxes. I have to hire a tax man to manage all these taxes and then guess what? I have to pay taxes for employing him. Government mandates and regulations and all the accounting that goes with it, now occupy most of my time. On Oct 15th, I wrote a check to the US Treasury for $288,000 for quarterly taxes. You know what my "stimulus" check was? Zero. Nada. Zilch.
The question I have is this: Who is stimulating the economy? Me, the guy who has provided 14 people good paying jobs and serves over 2,200,000 people per year with a flourishing business? Or, the single mother sitting at home pregnant with her fourth child waiting for her next welfare check? Obviously, government feels the latter is the economic stimulus of this country. The fact is, if I deducted (Read: Stole) 50% of your paycheck you'd quit and you wouldn't work here. I mean, why should you? That's nuts. Who wants to get rewarded only 50% of their hard work? Well, I agree which is why your job is in jeopardy. Here is what many of you don't understand ... to stimulate the economy you need to stimulate what runs the economy. Had suddenly government mandated to me that I didn't need to pay taxes, guess what? Instead of depositing that $288,000 into the Washington black-hole, I would have spent it, hired more employees, and generated substantial economic growth. My employees would have enjoyed the wealth of that tax cut in the form of promotions and better salaries. But you can forget it now. When you have a comatose man on the verge of death, you don't defibrillate and shock his thumb thinking that will bring him back to life, do you? Or, do you defibrillate his heart? Business is at the heart of America and always has been. To restart it, you must stimulate it, not kill it.
Suddenly, the power brokers in Washington believe the poor of America are the essential drivers of the American economic engine. Nothing could be further from the truth and this is the type of change you can keep. So where am I going with all this? It's quite simple. If any new taxes are levied on me, or my company, my reaction will be swift and simple. I'll fire you and your coworkers. You can then plead with the government to pay for your mortgage, your SUV, and your child's future. Frankly, it isn't my problem any more. Then, I will close this company down, move to another country, and retire.
You see, I'm done. I'm done with a country that penalizes the productive and gives to the unproductive. My motivation to work and to provide jobs will be destroyed, and with it, will be my citizenship. So, if you lose your job, it won't be at the hands of the economy; it will be at the hands of a political hurricane that swept through this country, steamrolled the constitution, and will have changed its landscape forever. If that happens, you can find me sitting on a beach, retired, and with no employees to worry about....
Signed, THE BOSS
"The problem with socialism is that you eventually run out of other people's money." Margaret Thatcher
J’ai envie d’y croire. Et pourtant :
  1. L’entrepreneur en question ne comprend pas qu’il n’a pas tout créé seul, que sans la société il n’est rien. Ses études, les gens qu’il a rencontrés, les routes qui transportent ses biens, la police qui le protège, les écoles qui forment son personnel… lui ont permis de faire fortune. Il est donc redevable à la société. C’est d’ailleurs pour cela que le vrai entrepreneur (Carnegie, Warren Buffett…) reverse à la société sa fortune à sa mort.
  2. Il ne comprend pas qu’indirectement il a profité de la bulle spéculative, qu’il en est un peu coupable : en favorisant le crédit, elle a à la fois favorisé la consommation, donc ses affaires, mais aussi ses propres investissements (beaucoup d’entreprises sont surendettées).
  3. Il est normal qu’il paie pour les crimes des autres, de même qu’il paie par ses impôts la police et les prisons. Plus précisément, ce qu’il paie aujourd’hui, ce sont les insuffisances de contrôle d’hier, c’est de ne pas avoir payé assez d’impôts. Puisque la politique de George Bush (pas d’impôts, pas de contrôle…) a amené l’économie dans ce cauchemar, il y a des chances que faire exactement l’inverse rétablisse la situation.
  4. L’entrepreneur indépendant ne représente quasiment rien pour l’économie moderne qui est dominée par des oligopoles. Par conséquent mettre en avant le petit entrepreneur pour attaquer une politique de taxation qui, en fait, va servir à remettre sur pied un service public qui profite à tous, et en premier lieu au petit, est au mieux un sophisme. Notre entrepreneur est l’otage de gens beaucoup plus riches et moins entreprenants que lui, qui ne veulent pas payer d’impôts ?
  5. Opposer l’entrepreneur qui prend des risques au salarié qui n’en prend pas est stupide. Le salarié prend le risque de se faire licencier, en échange d’un salaire fixe de durée limitée. Quand il y a risque, il doit y avoir assurance. L’entrepreneur, en construisant son entreprise, s'est fait une assurance. S’il n’y a pas de sécurité sociale, le salarié, lui, n’en a pas.
  6. L’entrepreneur (j’en suis un) est généralement un asocial, qui a construit un monde à son image : il ne pouvait pas être salarié. L’entrepreneur qui reproche au salarié son mode de vie ressemble à l’oiseau qui reproche au poisson de ne pas voler.
  7. Est-ce que payer des impôts va mettre l’entrepreneur au chômage ? Il peut réduire ses coûts en réduisant le salaire de ses personnels ou en utilisant mieux ses ressources productives qu’il ne le fait aujourd’hui, il peut repositionner ses produits (innover) de manière à tirer parti de la crise qui suscite des besoins nouveaux (destruction créatrice). C’est cela mon métier : adapter le modèle économique d’une entreprise à son environnement, ça s’appelle « la conduite du changement ». Et c’est sa capaciété à réussir cet exercice qui juustifie que le patron puisse être patron, suivant les économistes libéraux les plus orthodoxes.
  8. Quand on lit le parcours de notre homme on comprend que ce n’est pas une petite crise et quelques impôts qui vont l’abattre. La crise est favorable à ce type d’entrepreneur : parce qu’elle rend les conditions d’existence difficiles, elle ouvre une opportunité aux plus méritants (c’est la thèse du Darwinisme social). N’oublions pas qu’IBM s’est construite pendant la crise des années 30.
  9. Finalement, on retrouve là une tactique de Nixon employée par McCain récemment. Elle vise à jeter l’Amérique d’en bas (le petit entrepreneur) à la gorge de celle d’en haut (le riche intello démocrate). C’est verser de l’huile sur le feu.
Défaut de nos démocraties américaine ou française : faute de débat, on n’y a beaucoup de mal à penser, et ce sont les idées les plus idiotes, celles des manipulateurs, qui gagnent.

Compléments :

vendredi 13 mars 2009

700

100 billets de plus, qu'ai-je à déclarer de nouveau ?

Ce blog est un changement que ma vie n’a toujours pas absorbé.

Il est difficile d’écrire régulièrement des billets, parce qu’ils correspondent à un état créatif qui n’est pas naturel. Je dois me mettre en état d’écrire. Petit à petit les paradoxes de mon environnement m’assaillent, je m’indigne... De là viennent des idées qui se nourrissent les unes des autres. Ce blog illustrerait-il à la fois ce que je n’ai jamais su faire (passer d’un sujet à un autre, de l’action à la réflexion), et ce qui est ma vie ?

Je la définis par trois animaux : le dauphin, qui passe de l’air à l’eau (ce qui m’est désagréable), fonctionnement sain de mon existence ? ; l’autruche, le refus de voir ce qui devrait me forcer à réfléchir ; l’albatros, ne plus avoir qu’un sujet d’intérêt (enseigner à plein temps, diriger une entreprise ou être un consultant ordinaire), idéal utopique, bonheur végétatif qui me tente parfois avec la séduction de l’Alzheimer précoce.

Je semble régulièrement passer par ces trois états : une confiance aveugle en celui qui est en face de moi, une envie paresseuse de croire aux « valeurs officielles » du monde qui m’entoure ; puis un doute désagréable et obligation d'allumer mon intellect ; effort qui débouche sur une conclusion diamétralement opposée à mon point de vue de départ ; ce qui conduit à une transformation de la situation initiale. La pression baisse, cela devient insupportable?, je pars.

J’illustre le mythe de Sisyphe vu par Camus : je suis toujours le même cycle ; mais je dois éprouver du plaisir à le parcourir.

Compléments :

  • Sur les valeurs officielles : Nouvelle économie.
  • C’est probablement parce que j’ai autant de mal à penser, que toute ma carrière a consisté à construire autour de moi des mécanismes qui permettent aux organisations de devenir efficaces. C'est-à-dire de résoudre leurs problèmes sans mon aide, de m’éviter d’avoir à réfléchir. La substance de mes livres : construire « l’ordinateur social » qui permettra à l’organisation de trouver « l’effet de levier » qui la transformera. Comme Adam Smith et Marx, j'espère que mon idéologie fondatrice est approuvée par la science...

Apathie

La période actuelle paraît peu féconde en idées nouvelles, ou en renaissance d’anciennes. Ferions-nous profil bas, en espérant que la chance nous sorte de la crise ?

J’ai l’impression que les mécanismes de changement du monde ressemblent à ce qu’avait entraperçu Isaac Asimov dans Fondation : de temps à autres, l’histoire passe par un point d’étranglement où l’avenir de l’humanité peut basculer d’un côté ou de l’autre. Tout peut alors dépendre d’une personne.

En temps normal, il semble impossible d’infléchir le cours des événements : nous courons tous dans une même direction comme un seul homme. Puis cul de sac. Hésitation. Comme dans la théorie de Darwin, un grand nombre d’idées sont apparues entre-temps. Même si elles semblent issues de la raison, elles ont une apparence d’aléatoire (chacun voit midi à sa porte et veut en faire l’heure officielle). Jusque-là elles n’avaient qu’une audience réduite. D’un seul coup elles ont une chance de guider l’avenir commun.

Paradoxalement, il semblerait que ce soit souvent les plus simplistes qui soient retenues par la « sélection naturelle » que leur fait subir notre culture, peut-être parce qu’elles sont les plus faciles à comprendre et à croire ? (Cf. le nazisme et l’ultralibéralisme.) Plus généralement, c’est celui qui conduira le changement, qui lui imprimera sa marque. Comment éviter que nous regrettions ce changement ? Mon expérience me fait croire qu’il faut susciter l’émergence d’idées et en débattre de la manière la plus large possible. Progressivement un consensus apparaîtra, qui reflètera l’intérêt général. Les idées simplistes apparaîtront pour ce qu’elles sont, et les plus sophistiquées gagneront en évidence.

Compléments :

jeudi 12 mars 2009

Logique des universités

Qu’est-ce que cela signifierait de faire ressembler les universités françaises et américaines ?
  • Le discours officiel mélange deux fonctions de l’université. La première est de former une partie de la population (jusqu’à la licence, aux USA, chez nous plutôt à l‘équivalent du Master américain soit bac + 5). La seconde est la recherche.
  • Ensuite, le modèle américain repose sur un corps enseignant bien payé. Il semblerait que les salaires moyens des professeurs soient de l’ordre de 100K€ contre 37 en France. En outre, si j’en juge par là où j’enseigne, la France utilise beaucoup de vacataires qu’elle ne paie quasiment pas, mais qui donnent des cours attribués ailleurs à un professeur en titre. Je soupçonne donc que l’université française a une structure de coûts extrêmement faible.
  • Probablement, en conséquence, faire des études aux USA est cher. http://web.mit.edu/facts/tuition.html explique qu’au MIT : Nine months' tuition and fees for 2008–2009 is $36,390. Additionally, undergraduate room and board is approximately $10,860, dependent on the student's housing and dining arrangements. Books and personal expenses are about $2,850. Ce qui fait 50.000$ par an (plus que le PIB moyen par habitant). Soit 200.000$ pour avoir une licence. Bien sûr, il est possible d’emprunter, mais il faut pouvoir obtenir des salaires élevés pour rembourser de telles sommes. Ce qui signifie qu’il ne peut pas y avoir une grosse partie de la population diplômée, puisque la proportion de la population recevant de tels salaires est faible.
  • À ce point on nous dit que les universités américaines se financent en levant des fonds. C’est juste, mais ces fonds alimentent essentiellement la recherche, pas les « under graduates ». Et je ne suis pas sûr qu’il y ait là le mécanisme économique vertueux que l’on pense. J’ai noté que les anciens élèves anglo-saxons font souvent de très grosses donations à leur université. Il leur arrive, par exemple, de financer une chaire. On peut aussi imaginer qu’ils orientent les versements des entreprises qu’ils dirigent. Ils le font parce qu’ils sont reconnaissants à leur université de la richesse qu’elle leur a donnée. Mais cette richesse est-elle due à l’excellence de l’enseignement ou à la rareté des diplômés, et à ce que, du fait de cette rareté, les puissants se connaissent, ce qui facilite l’établissement des relations d’affaires ?
Je me demande donc si le cercle vertueux qu’induit l’université anglo-saxonne n’est pas simplement dû au fait qu’elle permet à une petite élite de monopoliser toutes les ressources économiques du pays, ce qu’elle lui rend en partie. Je me demande aussi la fonction de l’université à privilégier. Si c’est l’intelligence collective, l’épanouissement du citoyen, plutôt que la performance économique, alors la fonction de formation domine. Et là le modèle français paraît bien meilleur que l’américain : il forme beaucoup plus de monde de manière satisfaisante. D’ailleurs, ce qui compte encore plus est probablement l’enseignement initial, la qualité des instituteurs, puis des enseignants de collèges et de lycées, et, finalement, celle de l’élite des universités. 

Présidence des universités

Le billet précédent me rappelle le fait que la réforme actuelle donne aux  présidents d’université beaucoup de pouvoirs et que l’on cherche à faire ressembler l’université française à l’université américaine.

Mais, dans ces conditions, ne faut-il pas aussi changer les présidents d’université ? Sont-ils adaptés à une fonction pour laquelle ils n’avaient pas été prévus ? Pourquoi, si l’on veut faire ressembler la France et l’Amérique, ne pas aller jusqu’à copier le mode de sélection des présidents d’université américains ?

Compléments :

mercredi 11 mars 2009

Dauphine à l’heure romaine

J’apprends que l’université organise une remise de diplômes aux majors de promotion (c'est nouveau ?), et que les professeurs sont invités à venir en toge.

Depuis quand le professeur français porte-t-il une toge ?

C’est l’arrivée de l’excellence, de la performance et de l’évaluation, dans l’université française ? En récompensant ses majors et en singeant Oxbridge et Harvard ? Pour en faire un creuset d’innovation et d’originalité ? 

Décidément la France ne changera jamais : elle a toujours une guerre de retard.

Nouvelle économie

Voici ce que John Galbraith écrivait il y a plus de 50 ans :

Dans le modèle de la société concurrentielle, une telle insécurité était inhérente. Le producteur individuel ou le travailleur pouvait, à tout moment, souffrir un revers de fortune. Ceci pouvait être le résultat de la paresse ou de l’incompétence qui lui auraient fait perdre des clients ou son travail. Mais le meilleur des hommes pouvait souffrir d’un changement brutal du goût des consommateurs ou de l'inefficacité de son employeur. Ces changements de fortune imprévisibles étaient à la fois inévitables et imprévisibles. Ils étaient inévitables parce qu’ils faisaient partie de la capacité du système à s’adapter au changement. Comme les besoins et les désirs changeaient, les hommes trouvaient de nouveaux emplois et perdaient les anciens. Le capital était recherché dans les nouvelles industries et passé en pertes et profits par les anciennes. L’insécurité était utile parce qu’elle poussait les hommes – hommes d’affaires, travailleurs, indépendants – à rendre leur meilleur et plus efficace service, puisqu'une punition sévère était impersonnellement délivrée à ceux qui ne le faisaient pas.

Cependant, cette insécurité, aussi utile qu’elle semble en principe, était chérie presque exclusivement soit pour l’autre, soit de manière abstraite. Sa nécessité était jugée essentielle pour inspirer l’effort d’autres personnes en général. Elle semblait rarement vitale pour l’individu lui-même. Les limites à la concurrence et au mouvement libre des prix, la plus grande source d’incertitude pour l’entreprise, ont été principalement déplorées par des professeurs d’université à l’emploi garanti à vie.

(…) Dans la sagesse conventionnelle des conservateurs, la recherche moderne de sécurité a été longtemps dénoncée comme la plus grande menace au progrès économique. Ces peurs étaient les plus fortes au moment où de grandes avances dans la sécurité de la société coïncidaient avec une grande expansion économique.

Pour lui cette croyance s’expliquait par les conditions que les fondateurs de l’économie avaient connues il y a plus de deux siècles. Alors la pauvreté et l’insécurité régnaient.

Galbraith pensait qu’il s’agissait là d’un archaïsme qui finirait par disparaître. Or, non seulement il n’a pas disparu, mais il était encore la pensée unique il y a un an, et, comme le disait Galbraith, enseigné avec passion par les professeurs d’université (américains) disposant de la sûreté de l’emploi. Et cette pensée unique a guidé les décisions de nos dirigeants pendant plusieurs décennies.

Une autre interprétation possible : celle d’Edgar Schein. Ces idées ne sont pas des archaïsmes mais les « valeurs officielles » d’un groupe, ce à quoi il croît, ou plutôt qu’il désire. De même que « liberté, égalité, fraternité » sont désirés par le Français, non parce qu’ils reflètent quoi que ce soit de passé, mais parce que c’est une utopie qu’il aimerait réaliser pour corriger ce qui le fait le plus souffrir.

Ce qui rend fou l’homme riche, ou le professeur d’université, c’est probablement ce qui empêche un enrichissement personnel et un développement économique qui leur paraissent à portée de main. C'est la même frustration qui saisit le chercheur lorsque l'on ne lui donne pas l'argent que requièrent ses travaux. Seule explication possible : stupidité du peuple, pour lequel il n’y a pas de châtiments assez exemplaires. Jusqu’à ce que l’impensable se produise.

Compléments :

  • La révolution française et l’ultralibéralisme récent semblent avoir tout deux été des crises de la raison : des esprits qui se jugeaient supérieurs ont voulu imposer par la force ce qui leur semblait évident (Consensus de Washington).
  • GALBRAITH, John Kenneth, The Affluent Society, Mariner Books, 1998.
  • SCHEIN, Edgar H., The Corporate Culture Survival Guide, Jossey-Bass publishers, 1999.

mardi 10 mars 2009

Du nouveau sur l’Est ?

Suite d’enquête (The whiff of contagion, The bill that could break up Europe) sur l’Europe de l’Est.

Ses citoyens, ses entreprises et ses nations auraient voulu rattraper l’Occident en marche forcée. Non seulement en s’endettant, mais surtout en s’endettant – à 90% en 2008 - en monnaie de l’Ouest (auprès de banques italiennes et autrichiennes), qui avaient l’avantage de taux faibles. La convergence vers l’Euro étant certaine, cela semblait judicieux. Ça l’est moins aujourd’hui : les monnaies de ces pays étant dévaluées, les emprunts vont être difficiles à rembourser.

Même les entreprises russes devraient 100md$ à l'Ouest.

D’après ce que je comprends, le libéralisme y a eu un grand prestige. On y rêvait d’Amérique et pas d’une Europe évidemment ringarde (Allemagne et France).

Aujourd’hui, c’est à la dite Europe ringarde que l’on demande de l’aide. L’Amérique est indifférente. L’Allemagne commence à être sérieusement lasse (Europe's reluctant paymaster) d’avoir à réparer les effets de l’inconscience collective. L’argument qu’on lui sert est toujours le même : certes elle n’y est pour rien, mais si elle ne fait rien, elle va disparaître avec les coupables.

Début d’enquête : Europe de l’est : bombe à retardement ?

Moutons de Panurge, et fiers de l’être

Dans Moutons de Panurge, je semblais en vouloir à l’humanité pour son conformisme.

Ce serait une erreur. Les mécanismes qui font du groupe un groupe ramènent l’individu dans le rang. Imaginez que vous soyez un financier au milieu d’une bulle financière et que vous dénonciez les pratiques de vos collègues : vous allez perdre votre emploi. Si vous êtes assez intelligent pour repérer la folie collective, autant en profiter pour vous enrichir, non ? D’ailleurs qui vous dit que vous pensiez mieux que le groupe ? Qu’arriverait-il si tous ceux qui croient être plus intelligents que la société avaient le dernier mot ? Le chaos.

Je dis parfois que « l’erreur est humaine, persévérer est diabolique » : ce que nous croyons juste, à un instant donné, n’est qu’une approximation de la réalité dangereuse à l’usage, et qui doit être remplacée par une nouvelle erreur. Dans ces conditions les crises sont inévitables, ainsi que les périodes déboussolées qui les suivent.

Le mieux que l’on puisse faire est probablement d’accélérer l’explosion des bulles, de rendre le tissu social résistant aux chocs, et d’améliorer les processus de recherche d’une issue de secours. C’est sans doute les objectifs que devrait avoir une science du changement.

Compléments :

La fin de la mondialisation

Il y a quelques années, la mondialisation allait de soi. C’était la marche de l’Histoire. Aujourd’hui on en doute.

Fin d’une émission de France Inter, qui parle de Joseph Stiglitz. J’entends dire que l’avenir n’est peut-être plus à la globalisation, mais à des blocs comme l’Europe, L’Amérique du sud, échangeant entre eux avec mesure… Décidément, c’est une idée qui est dans l’air (Moutons de Panurge)…

Est-elle inattendue ? Contrairement à ce que nous serinait la pensée unique, la globalisation n’a rien de neuf. Elle est au centre de l’œuvre d’Adam Smith, en 1776. Immédiatement la pensée allemande s’insurge, estime que la globalisation est utopique, à court terme, et dresse la théorie du protectionnisme, qui permet à chaque nation de développer ses industries propres jusqu’à ce qu’elles soient assez fortes pour affronter la concurrence internationale. Un premier épisode de globalisation réelle survient au 19ème siècle et s’achève par la première guerre mondiale, ou par la crise des années 30, selon les sources. Bref, « globalisation » n’est qu’un aspect d’un discours idéologique qui revient périodiquement.

La bourse de Londres affirme « My word is my bond ». Tout est dit, il ne peut y avoir d’affaires sans confiance. Or, la confiance dépasse difficilement les frontières des nations. Comme le découvrent aujourd’hui les Japonais, être trop dépendants de l’étranger est dangereux.

Compléments :

  • SMITH, Adam, KRUEGER, Alan B, CANNAN, Edwin, The Wealth of Nations: Adam Smith ; Introduction by Alan B. Krueger ; Edited, With Notes and Marginal Summary, by Edwin Cannan, Bantam Classics, 2003.
  • LIST, Friedrich, Système national d'économie politique, Gallimard, 1998.

lundi 9 mars 2009

À quoi sert l’éducation ?

Ed Smith, champion de cricket diplômé de Cambridge, disserte de l’intérêt des études d’histoire pour le sportif.  

Il me semble faire une erreur : penser que les études ont pour seul intérêt de préparer à un métier. Nous ne sommes pas que des joueurs de cricket, nous sommes surtout des membres d’une société, des citoyens. Et un citoyen doit participer à la décision collective, et pour cela utiliser sa « raison », comme le disaient les philosophes de Lumières. Ce qui ne peut se faire sans l’appui de la connaissance accumulée par nos prédécesseurs.

À en juger par l’histoire récente de la planète (billet précédent), notre système éducatif nous a mal formés. Une idée de réforme pour notre Président ?

Moutons de Panurge

Si j’interprète correctement Seeds of its own destruction, l’élite anglo-saxonne doute de ce à quoi elle a cru.

Et si la ligne directrice qu’elle a suivie depuis l’avènement de Reagan avait été une erreur ? Et si on avait donné le pouvoir à des apprentis sorciers ? Et si optimiser les gains de l’actionnaire avait été stupide ? Et si le dirigeant était le mieux placé pour diriger son entreprise ? Et s’il fallait (comme après la crise des années 30) réduire la taille et la complexité des organismes financiers, les découper en métiers uniques ? Les ramener à la taille des nations ? Et s’il fallait revoir la politique monétaire (banque centrale indépendante) et fiscale (minimale) ? Et si la « globalisation » devait s’effondrer comme lors de sa première édition (en 14) ?...

Il y a quelques mois personne n’aurait entendu de tels propos, pourtant appuyés par une raison qui nous paraît maintenant évidente. 

Question : la raison mène-t-elle jamais l’humanité ? Ou la foi ? Une foi irrésistible.

Compléments :

  • Le plus amusant est que ceux qui ont eu raison contre tous sont récompensés. Mais à quoi ont-ils servi ? C'est notamment le cas de l’économiste Shiller (son analyse : SHILLER, Robert J., Irrational Exuberance, Princeton University Press, 2005).
  • Un autre intérêt que je trouve à cet article. La théorie de Frank Knight, que je cite souvent (cf. À qui appartient le profit ?), selon laquelle celui qui assure l’incertitude doit recevoir le profit, aurait eu un rôle que je ne soupçonnais pas dans la crise. Les financiers ayant prétendu qu’ils possédaient les meilleurs outils de gestion du risque, il était naturel que les profits de l’économie leur reviennent. Brillant !

À quoi servent les hedge funds ?

Hedge funds turn to gold : les hedge funds parient « contre les banques centrales ».

Ils espèrent qu’il va y avoir une grande panique qui va amener l’homme à accumuler l’or, que la société va se disloquer. D’ailleurs, n’est-ce pas leur unique ligne directrice ? Quand la bulle financière se développait, préparant la crise, ils s’enrichissaient. Se nourriraient-ils de la destruction sociale ?

Les penseurs libéraux les plus orthodoxes estiment que la justification de l’entreprise est sociale : elle est ce que la société a trouvé de plus efficace pour réaliser la tâche qui lui est confiée. Alors faut-il débrancher les Hedge funds ? Ou ont-ils une utilité que la raison ne comprend pas ? Par exemple forcer la société à la solidarité, sous peine d’explosion ?

Compléments :

dimanche 8 mars 2009

Born to be good

« Nos capacités pour la vertu et la coopération et notre sens moral son vieux, en termes d’évolution » (Forget Survival of the Fittest: It Is Kindness That Counts).

L’homme serait physiologiquement équipé pour l’altruisme (« Nos recherches et celles d’autres scientifiques suggèrent que le nerf vague pourrait être un système physiologique qui encourage l’attention aux autres et l’altruisme »), et s’y livrer serait même bon pour sa santé.

Surprenant. Les gens de pouvoir n’ont de respect que pour l’économiste dont la science repose depuis ses origines sur l’idée que l’homme est poussé par son intérêt égoïste, qu’il cherche à maximiser son profit.

J’imagine qu’Adam Smith et ses successeurs ont dû tirer cette théorie de l’observation du milieu commerçant qui les entourait. Peut-être qu’être dénué d’altruisme dans une société altruiste vous ouvre les plus belles perspectives de carrière ? Mais que lorsque vous et vos pairs prenaient les rênes du monde, la crise est inévitable ?  

Compléments :

Avenir des banques

Crash course se demande ce que les banques peuvent apprendre de ceux qui les ont précédées dans la folie : les opérateurs de télécommunication.

Conseils : identifier ce qui est vraiment solide dans vos affaires, et lui trouver des financements ; « révolution culturelle » pour régénérer un « capital intellectuel corrompu ».

Résultat ? Pas de nouvelles idées, encore moins d’occasions à saisir : les épaves de la crise ne font pas de bonnes acquisitions. Après la griserie du grand large, retour à l’ordinaire de la vie de l’entreprise : défendre ses petits monopoles, « un dur travail contre ses concurrents et des régulateurs revigorés ». « Médiocrité ».

Que donnent les déréglementations ?

Soumettons l’économie aux lois du marché, et il en sortira performance, richesse et innovation. L’exemple de l’énergie européenne (Power games).

L’industrie européenne de l’énergie a été déréglementée il y a quelques années. Fin de consolidation : quelques champions nationaux (EDF, E.ON, RWE, Enel), des acteurs plus petits issus du démantèlement d’autres services publics nationaux, mais dont la faiblesse est protégée par la loi d’une acquisition (injuste) par un champion national. Oligopole. « Au niveau européen, les analystes disent que la consolidation et la concentration pourraient être en train de pousser les prix vers le haut ».

Nouvelle illustration d’un phénomène que seules les élites intellectuelles et gouvernantes ne semblent pas pouvoir comprendre : la concurrence n’amène pas au meilleur des mondes, mais à l’oligopole. Et remplacer le service public par l’oligopole n’est pas bon pour la santé : si le premier essaie de servir la société, le second sert son intérêt.

Consommateur, où est ta victoire ?

Compléments :

  • L’oligopole est partout dans l’œuvre de John Galbraith (The New Industrial State, Princeton University Press, 1985), mais il n’a pas fait école.
  • Estimons-nous heureux, nous n’avons pas connu les affres de la déréglementation de l’énergie californienne (les fournisseurs d’énergie ont adroitement infléchi la loi de l’offre et de la demande en leur faveur, d’où quelques longues coupures d’électricité).