mardi 19 novembre 2013

La mondialisation sera-t-elle celle des affaires ?

J'ai publié un billet sur la stratégie de l'Insead qui suscite les commentaires du groupe linkedin des anciens de cette école. L'un est particulièrement inattendu. Il provient d'un des pionniers du campus de Singapour, par ailleurs spécialiste diplômé de conduite du changement. Il explique, en substance, que l'Insead ne pouvait pas s'étendre à Fontainebleau parce qu'il est interdit d'y couper des arbres, et qu'écrire un blog en français est idiot.

Voici ce qu'entend l'Insead par "business school for the world" ? Une culture mondiale unique, celle des affaires ? J'ai bien peur que ce ne soit pas comme cela que la comprennent les Chinois, entre autres. La mondialisation de demain risque d'être une mondialisation de nations et de cultures. L'Insead victime d'une mode de management ?