lundi 2 décembre 2013

Gouvernement et classes préparatoires

J'entendais ce matin que le gouvernement s'en prend aux professeurs de classes préparatoires. Ce seraient des exploiteurs, travaillant peu. On voudrait leur prendre l'argent indûment gagné pour le distribuer ailleurs. (Le Point, sur le sujet.)

Nos professeurs de classes préparatoires sont l'élite du corps professoral. Généralement normaliens, ils sont toujours agrégés. Ils sont issus d'une sélection redoutable (entrer à normale sup est bien plus difficile qu'entrer à polytechnique, et ce n'est que le début de la sélection...). Car ils doivent être ultraperformants. Or, il se trouve qu'au (grand) maximum un agrégé touche 4459€ par mois en fin de carrière. Au moment même où un enseignant de business school, à plus faibles QI et ancienneté, mais qui sait habilement se débrouiller, peut gagner 400.000€ par an...

Que veut notre bon ministre de l'éducation ? Démanteler les classes préparatoires ? Une des rares institutions de l'Education nationale qui fonctionne encore ? Ne serait-il pas temps de s'interroger sur ce que la gauche a apporté à l'Education nationale, et, par là, au petit peuple ?