samedi 22 février 2014

La solution à la crise ?

Le paradoxe de Solow s'étonne que l'informatique n'apporte rien à la croissance. Il me semble que ce n'est pas une fatalité. Voici 2 idées simples qui souriront peut-être à l’esprit éclairé :
  • Relisons les livres de management. Des ERP aux réseaux sociaux, chaque nouvelle innovation informatique est accompagnée d'un argumentaire de vente convaincant. Malheureusement, il ne se réalise pas. Eh bien, j’ai constaté qu'il était juste, mais qu'obtenir les bénéfices promis demandait beaucoup d’efforts. Mais rien de surhumain. Surtout eu égard aux capacités intellectuelles de nos dirigeants. N'ont-ils pas été sélectionnés, justement, pour leurs talents de résolution de problèmes ? Où est le bug, alors ? Les dits dirigeants s’arrêtent à la décision d’achat. Ils ne s’intéressent pas à ce qui arrive ensuite. 
  • Faites appeler le contrôle de gestion. Tout investissement doit avoir un retour sur investissement. Le rôle du contrôle de gestion est de s’en assurer. Par conséquent, il doit vous aider à trouver, dans les ouvrages précédents, assez de gains de productivité pour justifier votre acquisition. Puis il doit s’assurer que vous les obtenez. C’est son métier. 
Ce qui me frappe dans cette question n'est pas le problème du SI. Je me demande si elle ne révèle pas une vérité générale. Qu'il s'agisse de ses SI, de la faculté de résolution de problème de ses dirigeants, de la capacité de son contrôle de gestion à contraindre l'entreprise à investir rentablement... notre entreprise est pleine de capacités inexploitées. Et il y a plus étrange. Au fond, il est simple de les réaliser. Il suffit que gens et choses fassent ce pour quoi ils sont bons ou ont été conçus (pour les derniers) !

Ce n'est pas la première fois que je fais cette constatation. Les rattrapages d'un changement mal parti donnent toujours ce résultat : les bons ingrédients étaient présents, mais ils n'avaient pas été bien employés. Un espoir pour notre pays en crise ?