lundi 24 mars 2014

Sondages et médias : méfiance ?

Elections municipales. Comment comprendre quelque chose à tous ces résultats en morceaux. Pour arriver à y voir clair il faut savoir qui va s'allier à qui. Ce qui n'est pas simple. D'autant que si deux représentants du même camp sont présents au second tour, ils font gagner le parti adverse. Le FN est-il véritablement victorieux ? Il prendrait 10 communes sur 36000... Et l'abstention, véritablement catastrophique (ce qui est certain est qu'elle est en augmentation croissante) ? NKM a-t-elle gagné ou perdu (en tout cas, elle semble avoir fait beaucoup mieux que ce que lui accordait une sorte de "consensus") ? Du coup, ce sont les médias qui font l'opinion.

Je me demande si ce n'est pas là un enseignement de cette élection. Les sondeurs se sont trompés, magistralement, les médias aussi. Or, ils font l'opinion. Il va falloir s'en méfier ?

(De l'abstention. Expérience personnelle. Je me présente en début d'après midi à mon bureau de vote, histoire qu'il ait déjà trouvé ses dépouilleurs et que je n'ai pas à refuser d'en être. Surprise : quasiment personne, je passe immédiatement. Et on me demande si je veux assister au dépouillement. Du coup, le taux de participation m'est apparu bien plus faible qu'il ne semble avoir été. Explication ? Faudrait-il plus parler de motivation que de participation ? Quand le peuple est peu motivé, soit il ne vient pas, soit il vient tard?)