jeudi 24 avril 2014

A qui profitent les dépenses éducatives ?

"A qui profitent les dépenses éducatives ?". Voilà qui laisse entendre que notre éducation a ses misérables et ses privilégiés. En tout cas, il démontre qu'il y a différence de traitement. L'Etat a investi 340.000€ dans les études de M.Wauquiez (et des rares personnes qui ont enchaîné autant de formations que lui), contre 100.000€ pour les scolarités courtes. L'écart de durée entre les formations longues et courtes n'arrête pas de se creuser. La différence entre le premier décile et le neuvième (ou dixième ?) est passée de 6,5 ans en 85 à 8,3 en 2010.

L'Etat devrait-il investir autant sur chacun ? Ou en favoriser certains, parce qu'il les trouve plus intéressants, ou, au contraire, qu'ils ont besoin de plus d'aide que les autres ? L'article ne le dit pas. Mais il note que "le système éducatif actuel est de moins en moins largement financé par les catégories aisées qui en bénéficient pourtant de plus en plus".

Ce qui me frappe, surtout, est l'inefficacité du dispositif. Le coût des scolarités courtes a quasiment doublé en 25 ans. Leur qualité me semble s'être affaissée. Quant aux scolarités longues, leur durée ne paraît pas un gage d'utilité. Le texte parle de gens qui empilent les masters, par exemple.

(Référence : Pierre Merle, « À qui profitent les dépenses éducatives ? », La Vie des idées, 22 mai 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/A-qui-profitent-les-depenses.html)