vendredi 18 avril 2014

Faut-il écouter avant de parler ?

Que veut-il ? disent les psychologues. Avant d'imposer à l'autre nos idées, essayons de le comprendre.

Cela paraît à la fois juste et hypocrite. Le psychologue ne fait-il pas ce qu'il nous reproche de faire ? Ne nous considère-t-il pas implicitement comme un coupable ? Terrorisme intellectuel ?

Bien sûr, il a un peu raison, je suis le premier à le reconnaître.

Mais il peut avoir très tort :
  • Notre intuition est construite sur la connaissance de l'autre. Notre impulsion de vouloir lui dire ce que nous pouvons lui apporter n'est pas forcément hors sujet. C'est d'ailleurs la posture que l'on attend d'un expert, consultant, médecin ou autre. D'ailleurs, si cette impulsion nous est naturelle, c'est probablement parce qu'elle est efficace. Ainsi, on va vite en besogne. Pas besoin d'étaler l'autre sur un divan et de l'écouter pendant 200 séances pour lui être utile. 
  • Les études de marché que j'ai faites à une époque m'ont appris que peu de gens savent ce qu'ils veulent réellement. Il faut le déduire de manière indirecte. Et leur proposer des idées est une façon de procéder. En réaction, ils finissent par trouver ce qui compte pour eux. 
Conclusion : il faut probablement une écoute, mais elle doit être active. L'amitié ?