vendredi 25 avril 2014

Grand Paris

Grand Paris, sortir des illusions, approfondir les ambitions. Livre de Jean-Pierre Orfeuil et Marc Wiel. Scrineo, 2012. Le Grand Paris, ce que l'on a fait, ce qui aurait dû être fait.

"On pourrait ne retenir de la vision de Nicolas Sarkozy et ses collaborateurs que sa mégalomanie brouillonne, dont témoignent l'énormité de l'investissement public envisagé en période de disette de ressources publiques, les virages à 180 degrés sur les moyens de le financer, de l'autofinancement magique par les plus values foncières à l'impôt et la dette, ou encore la création de nouvelles institutions là où il était diagnostiqué qu'il y en avait trop." L'irrationalité semble la raison même du projet. On croirait entendre Louis XIV. On casse les projets d'aménagement existants, trop médiocres. Seule la démesure est digne de la France. On ne sait pas la financer ? On masque le trou (20md€). La mesquinerie est indigne des conquérants ?

Qu'est-ce que cela va donner ? Des cercles vicieux. L'opposé des objectifs du projet. Toujours plus de spéculation, des conditions de vie de plus en plus mauvaises pour le Parisien, moins d'emplois, plus de dettes pour la nation... Or, on aurait pu faire bien, quasiment pour rien. Pour cela, il aurait fallu accepter la réalité et avoir l'expérience de l'urbanisme...

Si je comprends bien, le moteur de la transformation de la région parisienne, c'est la spéculation internationale. Elle fait augmenter le prix de l’immobilier. Ce renchérissement force les populations à s’éloigner de leur lieu travail. Ce que les pouvoirs publics veulent combattre par des investissements en infrastructure. Ils ouvrent de nouveaux terrains à la spéculation… Bref, en quelque sorte, l’argent public pave notre enfer de ses bonnes intentions (enrichit le spéculateur et creuse le déficit national).

« On n'a pas besoin de lumière, quand on est conduit par le Ciel ». Le précédent gouvernement semble avoir cru que gouverner c’était confier le pays aux forces du marché. Donc atomiser la société. En particulier, écarter, quel que soit le prix à payer, la résistance au changement. Il a donc flatté les intérêts de la RATP, et des collectivités de gauche... Et le corps des ponts et chaussées, qui aurait pu être un intermédiaire compétent, n'existe plus...

Le livre propose des solutions assez simples et pratiques aux problèmes de l'agglomération parisienne. Il illustre ce qu'aurait pu faire une institution intermédiaire comme le corps des ponts, s'il était encore en vie. Il me semble, surtout, qu'elles ont un principe commun. La démesure a été rendue possible par un manque d’informations. Il nous empêche de percevoir le dit cercle vicieux. L’éparpillement des acteurs, leur concurrence ?, en est la cause. (C'est le principe même du modèle du marché.) Si l'on veut prendre à contre le cercle vicieux, on doit rétablir l’information du public, et aider les acteurs concernés par l’aménagement du territoire à se remettre à travailler ensemble.

(De la spéculation : un commentaire.)