samedi 17 mai 2014

Bouygues ou les malheurs de la concurrence

On nous disait que la concurrence c'est l'innovation. Ça n'a pas été le cas pour la téléphonie mobile. Bouygues Télécom est au tapis, visiblement. Il est à vendre. Je me demande d'ailleurs si l'annonce d'un plan de licenciement massif n'est pas une manœuvre visant à faciliter son rapprochement avec Orange...

Bref, à nouveau trois opérateurs mobiles. Ou un seul ? Car, il y a un seul opérateur français réellement international, Orange. En effet Numéricâble est possédé par des fonds d'investissement, ils ne conserveront par leur participation éternellement, qui peut l'acheter sinon un étranger ? Free n'est présent qu'en France. Une situation durable ? A moins qu'il ne soit plus ou moins subventionné par Orange, qui n'a probablement pas envie de voir entrer des concurrents étrangers en France ?

Finalement, quel aura été le résultat de la déréglementation de FT ? 70md€ de dettes ? Qu'est-ce qui a forcé les télécoms françaises à changer ? Le marché, ou la destruction créatrice shumpétérienne, i.e. l'innovation (citation de Schumpeter) ?