lundi 26 mai 2014

Interrogation sur le développement durable

Nous découvrons aujourd'hui que l'homme est un écosystème. Or, la révolution pastorienne a consisté à détruire une partie du dit écosystème. Il n'est pas impossible que cela finisse par nous coûter cher. Mais, d'un autre côté, nous ne pouvions peut-être pas faire autrement, car l'invention de l'agriculture a créé tout un tas d'épidémies qui nous décimaient.

Ce n'est pas que le capitalisme qui fonctionne par destruction créatrice, mais la civilisation elle-même, me semble-t-il. Son principe paraît être "ce qui ne tue pas renforce". Nous agressons la nature, qui nous le rend (au centuple ?), ce qui nous force à évoluer, dans la douleur. La science de l'ingénieur est une illustration de ce principe. C'est l'art de l'approximation. Quant à ses conséquences, elles seront payées par nos descendants.

Mais ce processus peut-il se poursuivre éternellement ? Et si, au prochain match retour, la revanche de la nature était d'une brutalité dont notre espèce n'arrive pas à se relever ? Ne serait-il pas temps de réfléchir à un mode de développement qui remplace l'agression aveugle par une forme de coopération ? Est-ce cela le développement durable ?

(Sur ce thème, voir les travaux de Spencer Wells. Prolongement de mon billet sur croissance et résilience.)