dimanche 4 mai 2014

Terreur, révolutionnaire et consensus de Washington

La Terreur est une des grandes tâches de l'histoire de France. Que s'est-il passé ?

Si je comprends bien l'article en référence ci-dessous, le terme a été inventé après coup. 1793. La République est menacée de toutes parts. Extérieur et intérieur. La Convention ne sait plus à qui se fier. Elle parle de semer la terreur chez l'ennemi. Elle crée une armée pour cela. Mais surtout pas à l'intérieur. C'est la panique qui conduit au bain de sang. Il aurait d'ailleurs pu être évité. En effet, on a pensé un instant "ostraciser" plutôt que décapiter.

Surtout, il semblerait que les révolutionnaires aient été bien mal préparés à gouverner. Un peu comme les hommes du consensus de Washington, c'étaient des intellectuels. Ils avaient vécu très loin du pouvoir. Ils semblent avoir cru que gouverner était appliquer des théories. Dans leur cas quelque-chose qui ressemblait à la vertu stoïcienne. Or, non seulement ces théories n'étaient probablement pas un substitut à l'expérience, mais, surtout, elles étaient impossibles à mettre en oeuvre. Car leurs principes conduisaient à des contradictions. Ce qui était aussi le cas pour le consensus de Washington.

(L'article : Annie Jourdan, « De la vertu en politique », La Vie des idées, 24 avril 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/De-la-vertu-en-politique.html.
Le consensus de Washington.)