mercredi 18 juin 2014

Ariane, après Alstom, Arcelor et Pechiney ?

Airbus et Safran veulent s'emparer d'Arianespace et d'une partie du CNES. Tout est curieux dans cette affaire.
  • Je pensais qu'Airbus ne voulait plus travailler dans le spatial. 
  • Les justifications de l'acquisition sont celles que l'on a utilisées lors de la déréglementation des années 80, et qui sont loin d'avoir fait leurs preuves. Inefficacité de l'Etat (le CNES), concurrence étrangère, privée, bien meilleure : Space X. 
  • Or, Space X est apparemment massivement subventionné par l'Etat américain. Ce qui semble contradictoire. 
Cela ressemble à une manœuvre de fonds d'investissement. Une pépite sous-évaluée sur laquelle on peut faire une grosse plus-value si l'on sait la faire briller ? Il y aura bien quelque pays émergent pour se l'offrir. Ou même un milliardaire qui rêve d'étoiles. D'ailleurs, il n'aura pas besoin de se priver. Arianespace coûte une fraction de start up.

(Quant à M.Hollande, il est enthousiasmé. Il a compris que c'était bon pour la nation, l'emploi et l'innovation.)

PS. Suite du feuilleton, quelques semaines plus tard, la Tribune le qualifie de "casse du siècle" : article.