jeudi 19 juin 2014

Génération collabo ?

Une de mes élèves s'est gentiment indignée que je dise du mal de mes étudiants dans un précédent billet (irresponsables et gamins). En fait, je m'inquiète pour eux. Et j'aimerais qu'ils aient, plus souvent, sa réaction :
  • Pour la première fois, ma classe était quasiment vide. Alors que le cours était prévu depuis le début de l'année scolaire, beaucoup d'étudiants n'ont pas pu s'extraire de leurs stages. Pourquoi ? parce qu'ils sont indispensables ! Des entreprises de multimilliardaires (parfois oisifs) vivent grâce au stagiaire ! Il en serait de même des cabinets de conseil. Or, c'est contraire à la loi. Si le stagiaire est mal payé, c'est parce qu'il est supposé apprendre. 
  • Pour la première fois, des élèves ne font pas figurer leur nom sur Internet. Ils ont peur de Big Google et de ses moteurs de recherche. Ils ont peur que leur passé les rattrape. 
  • Lorsque je leur ai demandé ce qu'ils attendaient des cours, j'ai eu la surprise de n'entendre que des requêtes à court terme. A commencer par une meilleure maîtrise d'Excel ! L'obsession de mes élèves, c'est l'entretien d'embauche. Le long terme, on s'en fiche. Et mon cours, le changement ? C'est du meilleur effet sur un CV ! 
Un dirigeant que j'avais invité leur a dit qu'ils devaient "sortir du moule". Je partage son point de vue. Une fois de plus, c'est la liberté de l'homme qui est en jeu. On le terrorise : si tu ne penses pas comme on le veut, tu n'auras pas de travail ! On nous prépare une génération collabo ?

Pour le reste, cette session m'a montré que j'avais tort. Ni gamins, ni irresponsables. Les études que je leur ai demandées étaient très sérieuses, très pertinentes. Ils comprennent fort bien comment fonctionnent les entreprises. Et ils sont capables de penser par eux-mêmes, et originalement. Ils ont peut-être, simplement, besoin de prendre confiance en eux, d'apprendre à ne pas se laisser faire. Peut-être aussi sont-ils trop seuls. L'union fait la force. Etudiants de tous les pays, unissez-vous ?

(Et un article qui arrive à cette conclusion, faites-vous des amis c'est une question de survie, en partant d'un autre angle. Et un autre qui plaide pour un Internet qui oublie...)