dimanche 13 juillet 2014

Comment construire une société d’hommes libres ?

Comment créer une société de gens libres, sachant que la liberté individuelle tend à être interprétée comme signifiant l’esclavage de l’(autre) homme ? Suite de deux billets précédents sur la liberté.

Les Lumières semblaient penser que c’était la société qui assurerait la rédemption de l'homme, naturellement porté au totalitarisme. Elle lui donnerait une raison « humaniste ». Mais les solutions proposées par les Lumières ne me semblent pas fonctionner. Montesquieu, par exemple, prônait une société dysfonctionnelle. Les forces susceptibles d’écraser l’homme se contrebalancent les unes les autres (exécutif, législatif et judiciaire). Or, cela laisse de la place à l’oppression locale, en particulier celle de l’enfant par une éducation malfaisante. En outre, comme l'a montré la 5ème République, ces pouvoirs peuvent être asservis. 

Une meilleure idée me semble être l’écosystème. Autrement dit éviter le contact direct (long) de l’homme avec l’homme. Toute relation passe par la médiation de la société vue comme un écosystème. La société doit elle-même être « équilibrée » au sens de Montesquieu, de façon à aider l’individu à apprendre à être libre. C'est-à-dire à utiliser correctement sa raison.

Je vais développer cette idée dans deux prochains billets.  

(Une précision concernant l'idée principale de ce billet. Le contrôle de la société doit se faire de manière « micro », par le lien social, et non « macro » - pouvoirs qui se contrebalancent – comme dans le modèle de Montesquieu.)