lundi 18 août 2014

Les errements du pilotage de la performance

Depuis quelques années j'anime une sorte d'amicale de dirigeants, consultants... Quelque chose me frappe. Chacun d'entre-nous est très critique vis-à-vis des autres. Or, je réalise que c'est cette imperfection qui non seulement fait la force du groupe, mais surtout lui permet de tenir.
  • Force : parce que notre créativité exceptionnelle vient d'une rencontre d'opposés, en caractère, en compétence, en expérience... (Cette diversité est la recette des "groupes de créativité" qu'utilisent les cabinets d'étude de marché.)
  • Cohésion : nos "faiblesses" individuelles viennent d'un déséquilibre entre nos caractéristiques personnelles, certaines sont excessivement développées, d'autres pas du tout. Or c'est parce que ce déséquilibre est de grande dimension qu'il permet de contrebalancer les faiblesses collectives du groupe. D'ailleurs le groupe a été longtemps instable, jusqu'à ce que certaines personnes le rejoignent. 
Cette réflexion m'amène au "pilotage de la performance", la croyance selon laquelle la "performance" de l'entreprise est la somme des "performances" individuelles prises séparément. Il n'y a rien de plus stupide. Décidément, nous avons vécu une période de grand lavage de cerveau...