jeudi 20 novembre 2014

Fin de crise : hiver nucléaire ou nouveau départ ?

Une tentative de synthèse de mes lectures, réflexions et publications. Modélisation de l’évolution du monde en quelques tableaux. 



Evolution des principes directeurs de la société / économie
Période
Après guerre
Crise 70
Mur de Berlin
Crise 2007
Caractéristique
Abondance (pour tous)
Pénurie
Abondance (classes dirigeantes)
Pénurie
Principe d’organisation de l’entreprise
Mass production / technocratie
Lean production

Supply chain
?
Principe de « création de valeur »
Innovation technologique
Innovation organisationnelle
« Arbitrage » / exploitation des différentiels de prix

Mise en concurrence par ceux qui possèdent  (« offshoring », « low cost »)
de ceux qui travaillent (ouvriers émergents contre ouvriers développés) – 
?










Remarque : conditions qui ont créé la situation actuelle
« esprit 68 »
  • Tout le monde veut jouir de la vie. Que des droits, plus de devoirs.
  • Conséquence : quand 100% veulent jouir de la vie, 99,99% perdent, parfois tout, 0,01% gagnent massivement. (Glasnost)
Le changement d’environnement concurrentiel de l’entreprise occidentale
Avant
Maintenant
Emergents entrent dans l’économie de marché : extension de la taille du marché.
Consensus de Pékin : votre savoir-faire contre notre main d’œuvre.
Les autres émergents (cigales) fournissent les matières premières
Consommation occidentale stimulée par la dette
Chine (fourmi) se ferme, salaires émergents augmentent, fin de la globalisation (ou plutôt, nouveau type de globalisation).
Faute de croissance globale, les autres émergents s’effondrent.
Marché occidental sinistré (chômage)
Entreprise bureaucratique et incapable d'innover, inadaptée aux circonstances actuelles. (Voir ci-dessous.)

Nous devons changer d'état d'esprit
Croyance
Etat d’esprit de l’individu
Conséquence
Avant :
Avenir prévisible et « fini »

Obtenir la plus grosse part du gâteau
Affrontement / concurrence / chacun pour soi / exploitation du faible par le fort – explosion des inégalités (« 0,01% »)
Entreprise comme système de contrôle et d’exploitation (innovation + production sous-traitées) : bureaucratie taylorienne, coûteuse et inefficace, de type colonial.
Maintenant :
Avenir incertain / danger mais aussi opportunité
Gâteau illimité mais sans entraide, c’est la famine
Pénurie : tirer le maximum des ressources / Danger et incertitude D'où Résilience : solidarité, coopération, écosystème, confiance
Entreprise comme écosystème de confiance = codéveloppement + responsabilisation (Lean)  

Prospective / scénarios
Pas de changement = droits
Changement = devoirs
Le monde décide de continuer dans l'irresponsabilité.
Il demeure entre les mains des banques centrales. Leur action a pour conséquence d’accélérer la dépression (destruction de l’emploi, de l’investissement productif…).

Scénario années 30. Risque de conflit pouvant aller jusqu’à l’hiver atomique, en passant par un moyen-âge dysfonctionnel en instabilité chronique (conflits locaux incessants : Ukip, Etat Islamique...).
Le monde opte pour la responsabilité.
Condition favorable : nécessité est mère de l’innovation : anxiété de survie et Münchhausen.

Comment faire ? (Pour l’entreprise, l’Etat ou l’homme)

Rechercher quelle est sa responsabilité = rôle social = force unique = « mission » (terminologie des universitaires du management). Et paradoxe : quand on comprend ses devoirs, on découvre ses droits ! 
  • Une compétence, ça a de la valeur. Rechercher comment en tirer le mieux parti. Logique d’écosystème.
  • Condition nécessaire : confiance. 1) devenir un partenaire de confiance = définir mécanisme qui permette de s’assurer que l’on est certain de tenir parole (bourse de Londres : my word is my bond) 2) enquête / expérimentation pour trouver des partenaires de confiance / construire une relation de confiance au sein de l’organisation.
  • Condition nécessaire pour le dirigeant : leader pas manager.
  • Lancer le changement : commencer par attaquer son démon.