vendredi 19 décembre 2014

Et si nous devenions "lean", qu'aurions-nous à y gagner ?

La production lean (un terme inventé par John Krafcik, un chercheur de l'IMVP) est "maigre" parce qu'elle utilise moins de tout en comparaison avec la production de masse. la moitié de l'effort humain dans l'usine, la moitié de la surface de fabrication, la moitié de l'investissement dans l'outillage, la moitié des heures d'ingénierie pour développer un nouveau produit, en moitié moins de temps. Aussi, elle demande de conserver bien moins que la moitié des stocks sur site, elle résulte en bien moins de défauts et elle produit une bien plus grande, et toujours croissante, variété de produits. (WOMACK James P., JONES Daniel T., ROOS Daniel, The Machine That Changed the World, Scribner Book Company, 1995.)
Dans un travail fait avec le professeur Schmitt, je fais le parallèle entre notre époque et celle qui a vu l'arrivée du "lean". Nos entreprises sont de nouveau des bureaucraties, ce sont des structures de flicage. Et si on les allégeait ? Quels bénéfices en attendre ? La phrase précédente en donnerait-elle un ordre de grandeur ?

Au fait, par où commencer pour devenir "lean" ?  
Un objectif clé de la production lean est de pousser la responsabilité très bas dans l'échelle des responsabilités. Responsabilité signifie la responsabilité de contrôler son travail.