lundi 29 décembre 2014

La crise de la valeur

Plus rien ne semble avoir de valeur. Nous sommes incapables de reconnaître la richesse d'une personne. Voilà une constatation que je fais de plus en plus.

On me cite deux manifestations-types de ce phénomène en entreprise : le marketing et les achats. 
  • Le marketing c'est le "cancrelat" : il s'empare de toute nouvelle idée, essaie d'en tirer de l'argent en promettant ce qu'il ne peut pas tenir. Il la détruit donc. 
  • Les achats, c'est l'individu comme coût. Non seulement, il n'a pas de valeur, mais c'est un parasite.
Cela me fait penser à la théorie, très fameuse aux USA, qui affirme que votre valeur est ce que vous gagnez, avant prélèvement d'impôts. Curieusement, elle semble modéliser parfaitement ce qui arrive. En effet, pour elle, la vie est une lutte pour accaparer l'argent des autres. Tout homme est donc bien un coût puisque, s'il n'était pas là, je pourrais mettre la main sur son argent. Son utilité n'est pas perçue. Dans ces conditions la bataille de la valeur est une guerre de position. Il y a celui qui est en position de force, par exemple fonctionnaire, CDI..., et les autres. D'où aussi un comportement déflationniste, puisque chacun est poussé à accumuler, donc à priver l'économie de monnaie. 

Et si une solution à ce cercle vicieux était de créer, en marge des gens de fausse valeur, un écosystème de personnes de vraie valeur ? Une variante de l'Arche de Noé ?

Programme 2015 : qu'est-ce que la valeur ? Comment la reconnaître chez les autres et chez soi ?