lundi 8 décembre 2014

Reporting et pastèque

Passionnante analyse de l’évolution de l’entreprise et de la société par un consultant ex DRH :

« On est dans une logique d’opposition. » Chacun voit ce qui l’oppose à l’autre, mais pas l’intérêt commun qui les rassemble et devrait les fédérer. « L’autre est un risque pour moi. » « L’autre m’empêche d’atteindre mes objectifs personnels. » La défiance conduit à considérer l’homme comme une source de coût, alors qu’il est création de valeur. « Les gens pensent qu’ils sont ce qu’ils font. » Les achats, et leur obsession du trop cher, en sont le symbole. Mais aussi la « technostructure » et le reporting. Il me disait que toute l’organisation européenne d’une multinationale américaine avait pour seul emploi de faire appliquer les directives du siège !

Le rôle du manager est le contrôle. Avec une conséquence imprévue : on obtient le contraire de l’effet voulu. L’essentiel de son travail consistait à transformer en vert des indicateurs rouges !, lui a dit un cadre. Effet « pastèque ». Autrement dit l’encadrement ne contrôle par l’organisation pour le compte des dirigeants du siège, il les abuse, sciemment, pour masquer son incapacité à faire respecter leurs ordres !

C’est un monde « déterministe » : les entreprises ont « la perception que l’environnement détermine la stratégie ». Alors que « c’est ce que vous êtes qui détermine la stratégie ». Tout n’y est que « processus de décision écrits d’avance ». Ils empêchent les gens de « penser autrement ». Ils éliminent les « déviants » qui sont la richesse des entreprises, et qui pourraient la sauver. On ne parle que « de bien et de mal ». On refuse le débat, la discussion des valeurs qui doivent inspirer l’action.

Germany06 513aa.jpg
Bienvenue dans l'entreprise moderne
"Germany06 513aa" by Motorfix at en.wikipedia - Transferred from en.wikipedia by Ronhjones. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.