mardi 30 décembre 2014

Syriza : ça passe ou ça casse ?

La crise grecque, c’est la politique du pire. Et on a le pire.

L’origine de la crise, c’est une dénonciation. Un parti politique en a accusé un autre de malversations. Ce qui a attiré sur le pays les foudres du marché. Récemment, le premier ministre grec a cru qu’il assurerait sa position en suscitant une crise. Et il a eu une crise. Elle va porter au pouvoir l’épouvantail Syriza. Or, entre-temps, on a fait tout ce que l’on a pu pour que l'élection de Syriza ne puisse que susciter le chaos.

Va-t-on poursuivre cette politique ? Nos gouvernants vont-ils trouver de nouvelles entourloupes pour préserver le statu quo ?  La crise grecque annoncée va-t-elle les forcer à chercher des alternatives à la politique qu’ils ont menée jusque-là ?