lundi 29 décembre 2014

Voir ce qui nous unit

C’est curieux à quel point je suis à l’aise dès que j’entre dans le monde anglo-saxon. D’un seul coup, je suis compris. (Ce qui s'explique parce que nous avons en commun les sciences du management, enseignées là et refusées chez nous.) Et pourtant, des Français qui passeraient pour des pitres aux USA me reprochent de ne pas être assez favorable au modèle américain. Et pourtant, je ne pars pas.

Car je crois que j’ai beaucoup plus en commun avec les Français et les Européens, qu’avec les Anglo-saxons. Je pense que je ressemble à ces intellos européens qui ont dû quitter l’Europe avant guerre. Et qui se sont trouvés privés de leurs racines, de leur culture... une fois aux USA.

Le problème actuel de l’Europe est que chacun voit ce qui le sépare de ses frères et pas ce qui les unis. Et qu’il croit que l’herbe est plus verte ailleurs. Problème inhérent à toute famille ? Ou existerait-il un phénomène, provoqué volontairement ou non, qui provoque la zizanie au sein des familles ?