dimanche 4 janvier 2015

Enseignement : changement raté ?

Pourquoi notre enseignement, dont nous étions si fiers, est devenu aussi nul ? Hervé Kabla dit : enseignant pas assez payé. Je réponds : pas assez estimé. Mais je pense qu'il y a plus fondamental : changement raté.

Aux alentours de 68, il y a eu "massification" de l'enseignement supérieur. Énorme augmentation :
Selon une étude du Groupe d'Etudes et de recherche sur les mouvements étudiants (Germe), on passe ainsi de 200.000 à 300.000 étudiants entre 1950 et 1960, pour arriver à 850.000 inscrits en 1970. Ce sont les facultés et universités qui connaissent la plus forte augmentation. 
L'âge moyen de fin d'études était de 15,2 ans en 1968 et il passera à 21,7 ans en 2006. (Article.)
 A mon avis, les conséquences ont dû être doubles (au moins) en termes de qualité des enseignants :
  • Il en faut plus, donc ils sont moins bons (offre et demande).
  • Pour la même raison, la valeur de l'éducation baisse. Etre éduqué n'est plus une richesse en soi. Perte de motivation de l'enseignant et surtout pour l'enseignement !
(Il serait intéressant d'étudier l'évolution de la motivation pour l'enseignement. Il y a eu les hussards noirs de la IIIème République. Puis, après 68, la volonté de poursuivre la lutte par d'autres moyens. Et maintenant ?)

En tout cas, voici l'exemple même du changement mal mené. On décide de bousculer le système sans se demander quelles vont en être les conséquences. Et si le problème de l'Etat était son incapacité à penser ?