vendredi 20 février 2015

Et si l'on réinventait le projet républicain, sans ses ridicules ?

Qui n’a jamais éprouvé à l’école le sentiment étrange d’être écrasé par l’ordre et la culture scolaires « universels », et d’être, au même moment, protégé et comme libéré par cet ordre et cette culture ? En tenant à distance les mondes sociaux et les mondes scolaires, la laïcité à la française nie les individus tels qu’ils sont dans leurs racines et leur singularité, tout en leur ouvrant, par cet écart même, un espace de liberté nouveau et d’autres processus de subjectivation. (Extrait de : François Dubet, « La laïcité et son autre », La Vie des idées, 12 février 2015. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-laicite-et-son-autre.html)
La laïcité est soudainement devenue l'objet de tous les débats. Certains semblent y voir une solution aux problèmes de notre société. Mais je me demande si, aussi, sournoisement, elle n'est pas attaquée comme totalitaire, et, pire, ringarde. En lisant la phrase ci-dessus, j'ai eu les idées suivantes : 

La laïcité n'est qu'un élément d'un projet plus grand, qui est peut-être celui des Lumières et de la France républicaine. C'était l'idée de la libération de l'homme par le progrès de la raison, et du rôle de la France comme pionnier de ce combat contre la coutume vecteur d'aliénation. 

Ce projet a été tourné en dérision. Mais rien ne l'a remplacé. Et surtout, rien qui fonctionne. En particulier, l'idée que semblent agiter certains que la France serait multiculturelle est proprement ridicule. Car ce "multiculturalisme" ne correspond à rien d'ancien : je l'ai vu émerger de mon vivant. Je l'interprète comme un réflexe d'autodéfense : plus rien ne fonctionnant, il a fallu se protéger avec les moyens du bord. Donc recréer des communautés avec ce que l'on pouvait trouver de plus évidemment commun dans le peu de bagages qu'il nous restait. 

Mais ce projet a fonctionné, avec tous ses ridicules. Pourquoi ne pas le remettre en marche ? Mais en le débarrassant des dits ridicules : nous ne prétendrons pas qu'il est universel, que c'est le bien. Nous nous contenterons d'affirmer que c'est un modèle qui, lorsqu'il marche correctement, nous convient. Peut-être aussi faut-il penser en termes d'écosystème de cultures, et dire que la nôtre, si elle ne cherche pas à coloniser les autres, a peut-être quelque-chose d'original à leur apporter ?

(D'où viennent les ridicules du projet républicain ? Il me semble que contrairement à ce que l'on a cru, il n'était pas scientifique, mais religieux. Il fallait avoir la foi du charbonnier pour ne pas apercevoir ses contradictions. Mais il faut probablement aussi la plus grande mauvaise foi pour ne pas apercevoir ses bénéfices. Ce qui est probablement vrai pour toutes les religions.)