mardi 21 avril 2015

L'élite comme système ?

L'élite serait-elle devenue un "système" (au sens "systémique"), qui se nourrirait de la société ? C'est la question qui se pose à la lecture du livre du billet précédent.

Homéostasie
Des énarques découvrent que Dalkia, de Véolia, revend de l'énergie à EDF à un prix subventionné. Grâce à ce contrat Dalkia gagne beaucoup. Les énarques veulent le faire entrer dans la règle. Le PDG de Véolia, Henri Proglio, intervient. Les ministres de l'époque (MM. Loos et Breton) demandent aux dits énarques de plier. 
Nicolas Sarkozy veut faire supprimer le classement de sortie de l'ENA. Le Conseil constitutionnel, constitué des membres de plus prestigieux corps de l'ENA, censure la mesure, pour des raisons techniques. Au passage, je note le retour d'une des hantises des Lumières et de tous les libéraux : les corporations. La fidélité des membres des corps de l'ENA va à ceux-ci et non à la nation ?
Signes d'un système : l'homme, en dépit de sa bonne volonté, est bien peu de choses face à lui ? 

Un système parasitaire ? 
Véolia transport fusionne avec Transdev de la Caisse des Dépôts. Véolia en profite pour céder 1,8md de dettes à l'ensemble. 
Cela ressemble à ce qui s'est passé chez AREVA ? La société se lance dans un plan de développement ambitieux. Puis c'est le flop. L'Etat intervient et prend en charge les dettes. Autrement dit, ce "système élite", fonctionne à l'envers : au lieu de servir la nation, il en pompe le contenu ?