vendredi 10 avril 2015

Pourquoi le riche vole-t-il le pauvre ?

Un petit entrepreneur me raconte ses difficultés avec les services publics. On lui réclame soudainement de l'argent (de petites sommes, mais qui comptent pour lui), alors qu'il n'en gagne pas et qu'il essaie de lancer une nouvelle affaire. Et il est aussi question de paperasses qui ne vont jamais. C'est épuisant. Surtout lorsque l'on vit dans une incertitude totale. Ce qui me surprend. J'ai l'impression que l'administration, que je trouvais efficace, ne l'est plus autant que cela. Je me demande, surtout, si elle n'a pas besoin d'argent, et si, pour cela, elle ne s'en prend pas à celui qui ne peut pas se défendre.

Dans ma jeunesse il n'était question que de Robin des Bois. Pourquoi n'est-ce plus le cas ? Parce que le moyen le plus simple de s'enrichir est de profiter d'un rapport de force favorable ? Pourquoi n'y avait-on pas pensé plus tôt ? Parce que ça ne peut pas durer éternellement : le pauvre est la poule aux œufs d'or du riche. 

Le riche est placé à un endroit stratégique de la circulation monétaire. Le dirigeant brasse l'argent qui entre dans l'entreprise, de même l'Etat collecte l'argent public. Ils doivent le redistribuer à ceux qui créent le bien collectif. Et si la crise venait de là ? C'est parce que le corps social est incorrectement irrigué qu'il n'est plus créatif ?