lundi 11 mai 2015

David Cameron et l'Europe

David Cameron aurait perdu la recette du charme qui a ensorcelé l'Europe et l'a transformée en maison témoin du libéralisme. Jean Quatremer reprend une thèse de The Economist

Est-ce sûr ? Il me semble plutôt que c'est un vrai politique. C'est à dire quelqu'un dont l'obsession est de rester en place. Et il sait qu'il ne gouverne pas que la City. Il est possible qu'il constate, au moins indirectement, que l'Angleterre, ou une grosse partie de sa population, a été victime de la libéralisation de l'Europe, amenée par ses prédécesseurs. Et qu'il en tire les conclusions qui s'imposent à lui. 

Alors, si Syriza fait le jeu de la rigueur allemande, l'Angleterre pourrait faire celui du FN ?