samedi 2 mai 2015

Elite et mafieux

L'élite fréquenterait les voyous dit L'oligarchie des incapables. Une poignée de personnages louches jouerait un rôle central dans la marche du pouvoir. Comment expliquer ce paradoxe ?

Cela a peut-être toujours été le cas. Les rois étaient entourés d'aventuriers, par exemple. Souvent des Italiens, d'ailleurs. Hypothèses :
  • Le haut personnage est un homme de paroles pas d'actions. Il a besoin d'hommes de main. Le citoyen ordinaire ferait certainement l'affaire, mais, alors, il pourrait reprocher au haut personnage ses faiblesses. Ce dernier y perdrait sa légitimité. Le voyou, ne peut être un concurrent. Echange entre égaux ? Asinus asinum fricat ?
  • Il y a peut-être aussi partage du même amour de l'argent. 
  • Peut-être, enfin, que le haut personnage est stimulé par le risque. Il pense vivre dangereusement en fréquentant le mauvais garçon. Il se dit qu'il est un homme, un vrai, un aventurier ? La classe supérieure aimait "s'encanailler" disait-on jadis. 
Il y a quelques temps, j'ai rencontré des restaurateurs italiens à l'apparence de mafieux. Ils vivaient très mal leur émigration dans le septième. On leur reprochait leurs manières. Ils regrettaient le temps où ils étaient établis dans le seizième, au milieu des vedettes des médias et de leurs Ferrari. Cela semble confirmer la théorie qui précède.

(Mais aussi celle des anthropologues, selon laquelle le mafieux est un homme comme les autres, mais placé dans des circonstances particulières.)