lundi 4 mai 2015

La loi TEPA aurait-elle plombé la France ?

Voilà le schéma que je trouve dans the Economist (The Economics of low wages : When what comes down doesn't come up.)
Ce qui est extrêmement surprenant sont les courbes de la France : il y a discontinuité brutale en 2007, les salaires s'envolent la productivité baisse ! Or, 2007, c'est Nicolas Sarkozy !

Du coup, je me suis demandé si l'on pouvait trouver quelque-chose sur ce sujet. Voici ce que dit L'INSEE :
En 2007, dans les entreprises du secteur privé et semi-public, le salaire mensuel moyen pour un poste à temps complet s’élève à 2 661 € en brut et 1 997 € nets de tous prélèvements à la source. Compte tenu de la hausse des prix à la consommation de 1,5 % en 2007, le salaire net moyen a augmenté de 1,5 % entre 2006 et 2007 en euros constants. L’éventail des salaires reste inchangé, les hausses de salaire étant relativement homogènes : de 0,8 % pour le premier décile à 1,2 % pour le dernier décile. Néanmoins, ce sont les salariés se situant dans le dernier décile dont le salaire moyen a le plus progressé (+ 3 %). La loi TEPA relative aux heures supplémentaires est entrée en vigueur en fin d’année. Au cours du dernier trimestre, un quart des salariés ont effectué des heures supplémentaires « TEPA », représentant un volume moyen de 30 heures. Pour ces derniers, les charges sociales ont été allégées de 90 € en moyenne sur le trimestre. (Remarque : les 30h et les 90€ portent sur le trimestre.)
Complément :
La mise en place de la loi TEPA a pu conduire à augmenter le salaire net perçu par les salariés : incitation à effectuer plus d’heures supplémentaires, majoration de rémunération horaire systématique de 25 %, allègement de cotisations sociales. La source DADS ne permet pas d’identifier une éventuelle augmentation du nombre d’heures supplémentaires effectuées car avant 2007, elle ne pouvait pas isoler les heures supplémentaires dans la rémunération. En revanche, il est possible d’estimer l’effet de l’allègement de cotisations sociales : ainsi, lorsque le salarié a effectué des heures supplémentaires déclarées au titre de la loi TEPA, cet allègement correspond en moyenne à un gain de 90 euros pour ce salarié sur le trimestre.
J'ai regardé les conclusions de 2008, la hausse se serait stabilisée.

Je ne suis pas un économiste et je ne suis pas capable de faire coller ces chiffres ensemble. (Ni même de les critiquer.) L'INSEE parle de 8h travaillées en plus par trimestre, en moyenne, pour les salariés du privé, soit environ 2% (1600h travaillées par an). Même en prenant en compte l'augmentation de 25% dont il est question ci-dessus, on n'arrive qu'à une augmentation de 2,5% et pas de plus de 10%, comme dans les statistiques de The Economist. La seule astuce que je vois est la suivante. Les plus de 10% sont médians et pas moyens comme mes 2,5%. Pour un quart de la population, il y a eu 30h de plus par trimestre, payées 1,25. Ce qui fait 9,4% de plus. Les 90€ d'allègements de charges représentent de l'ordre de 10h de SMIC, soit 2,5% de plus. D'où, en tirant bien, 12% d'augmentation totale si la population concernée est quasi smicarde. Si la médiane est proche des salaires les plus bas, on s'est réconcilié avec les chiffres de The Economist, qui seraient donc une grosse manipulation. 

En tout cas, M.Sarkozy, au lieu de relancer l'économie, pourrait avoir produit une baisse de compétitivité. Le maintien de salaires "élevés" peut aussi signifier que l'on a continué à faire des heures sup. Et qu'on l'a fait plutôt que d'embaucher. TEPA, en partie responsable du décollage du haut niveau de chômage actuel ? Nouvel exemple d'énantiodromie ?