mercredi 27 mai 2015

L'entrepreneur crée-t-il de la "valeur" ?

"Créateur de valeur". Voici un mot qui a fait irruption dans notre vocabulaire. Le "créateur de valeur" est l'incarnation du bien, nous dit-on. Mais que signifie cette fameuse "valeur" ? Et si c'était l'exploitation d'une confusion entre deux sens de "valeur" ?
  • Valeur - argent. C'est le prix d'un service ou d'un produit. 
  • Valeur - utilité. C'est quelque chose qui est important pour moi. 
Une théorie fameuse aux USA affirme que ces deux valeurs sont identiques. Le marché attribue une valeur monétaire optimale à tout ce qui a une utilité. Bien entendu, c'est stupide. L'air ne me coûte rien, alors que sans lui je suis mort. Idem pour l'affection, l'amitié, la reconnaissance sociale nécessaire à la création de mon identité, l'attention qui me sauve la vie, ou même le bénévolat du responsable d'association. Le sel de la vie n'a pas de valeur monétaire.

Dans ce débat, le plus intéressant est la définition "d'entrepreneur". L'entrepreneur est un créateur de valeur monétaire. Contrairement à ce que dit la théorie du marché, le marché n'est pas en réorganisation permanente. Les flux monétaires sont rigides. Ils sont liés à nos usages culturels. Nous sommes formés pour consommer ceci plutôt que cela. Ils évoluent par rupture, et non continûment. L'entrepreneur est avant tout un "leader d'opinion monétaire". C'est un homme de communication, de marketing et de changement. Pas un créateur. Il nous convainc que nous devons changer nos usages. Que nous devons accorder de la valeur argent à quelque-chose qui n'en avait pas. Et cela peut lui demander une vie. C'est pour cela qu'il fait plus souvent la fortune de ses héritiers que la sienne propre.

Et voilà pourquoi nous consommons autant de cochonneries. La tchatche ayant un rôle dominant dans la création de valeur monétaire, et peu de gens ayant une vocation pour le martyr, elle profite rarement à ce qui est réellement utile. Plutôt à ce qu'il est facile de nous faire entrer dans la tête.