dimanche 24 mai 2015

Pourquoi je ne vaux rien - introduction à la théorie de la valeur

Je peste contre Google. L'interface de saisie de ce blog est jurassique. Comment une entreprise qui jette les milliards par les fenêtres peut-elle consacrer aussi peu de moyens à l'une de ses applications ? Si j'en juge par mon expérience du développement, un développeur motivé aurait pu arriver au même résultat en pas beaucoup plus d'un an. Peut-être moins. Et c'est à ce moment que j'ai compris mon erreur. J'ai une vision de la valeur qui n'est pas celle de Google. Pour moi, la valeur est une fonction linéaire de mon temps de travail, qui ne vaut pas plus que celui d'un autre. Pour Google, il y a des génies dont la minute est hors de prix. 

Cela m'a rappelé ma jeunesse. J'étais furieux parce que mes collègues faisaient des carrières fulgurantes alors qu'ils produisaient des programmes qui ne marchaient pas. En fait, je viens de comprendre que, contrairement à moi, ils ne mesuraient pas leur valeur par leur production. La "valeur" était une qualité qui leur était propre. Elle était innée. Par conséquent, comme Google, tout ce qu'ils touchaient valait cher, que cela marche ou non. Et tout ce qui venait des autres ne valait rien. D'ailleurs je partageais leur point de vue. J'ai conçu des produits qui auraient pu être à l'origine d'entreprises. Mais cela m'avait semblé tellement facile que je ne voyais pas ce que cela pouvait bien valoir. En revanche je ne pouvais pas admettre que tout le monde ne fasse pas comme moi. J'étais monté à l'envers. 

Mais, là où il y a eu coup de génie, c'est que tous ces gens sont parvenus à faire payer 1000 ou plus ce qui pour moi aurait valu 1 ou moins. Il y a eu une inflation colossale, à côté de laquelle une grande partie de la population est passée. Elle a été dévaluée. Avec moi.