vendredi 10 juillet 2015

Déchet toxique grec

Si les négociation sur la dette grecque ne vont pas c'est qu'elles sont victimes d'un "déchet toxique". Les Grecs, semblent-ils, ne pourront jamais repayer leurs dettes

Si la Grèce était une ville ou une région française, l'Etat prendrait probablement en charge ses dettes. Si c'était une ville américaine (comme Detroit), elle ferait faillite. Y a-t-il d'autres solutions pour une zone géographique ayant une même monnaie ? En tout cas peu de pays européens semblent prêts à aider les Grecs. Alors, faut-il attendre suffisamment pour qu'ils se fassent une raison, et qu'ils comprennent que le cas de la Grèce n'est pas aberrent, qu'une union économique va devoir faire face à beaucoup d'autres aléas et que le cas grec est un exercice d'apprentissage ?

(En fait, il est possible qu'il y ait un second déchet toxique. Beaucoup craignent peut-être que, dette ou pas dette, la Grèce, mais aussi la France et l'Italie, soit incapable de vivre autrement qu'en parasite de la zone...)

PS. En appui de ma parenthèse : histoire de l'irresponsabilité grecque