jeudi 23 juillet 2015

L'Homme, selon Clint Eastwood

Les films de Clint Eastwood sont bâtis sur un même schéma. Un homme se retrouve face à des circonstances terribles. Il fait front, et il réussit. Message : être un homme c'est avoir le courage d'affronter ses responsabilités. Et, même si l'on est à Al Catraz, ou pire, c'est possible. C'est ainsi que l'on acquiert la dignité, qui est la vertu cardinale de l'Homme. Mais cette vertu est aussi celle du peuple (américain). 

Étrangement, cela me paraît être ce que dit Camus

Or, Clint Eastwood est vu comme un facho. Car, il défend le peuple, qui vote Reagan ou Bush et leurs faibles QI combinés, contre les vertus élevées des intellectuels, qui, eux, votent démocrate.

Cela pose surtout la curieuse question de ce qu'est la nature de l'intellectuel. Est-il quelqu'un qui refuse ses responsabilités ? Un esprit fuyant qui vit en dehors de la réalité ? Qui réinvente cette dernière pour mieux nous en exclure, et servir ses intérêts ? L'intellectuel comme manipulateur de la raison ? 

(Quant à Reagan et Bush, on dit un peu partout qu'ils ont été manipulés par d'autres intérêts. Tant que le peuple ne sera pas représenté par des intellectuels qui n'ont pas perdu leurs racines populaires, il ne pourra qu'être exploité ?)