samedi 17 octobre 2015

Interviewé par la RTBF


Hier matin, j'ai passé trente minutes dans une émission de la radio belge, RTBF. Il était question de mon dernier livre. J'étais dans mes petits souliers : je n'ai jamais rencontré de journaliste qu'en face à face ou par téléphone, pour un article... alors participer à une demi-heure d'une émission de grande écoute... Et à distance. 

Illustration de "J'ai pensé à tout..." : méfiez-vous de vos préjugés. J'avais l'habitude du journaliste qui vous fait parler d'un livre qu'il n'a pas lu. Là, j'ai eu l'impression que l'animatrice connaissait mieux mon travail que moi ! (Méfiez-vous des Belges ?) En tout cas, quelle pro : la dynamique de l'émission était remarquablement agréable, y compris pour moi qui en était la victime. Il suffisait de se laisser porter. Malheureusement, ne voulant pas ennuyer l'auditeur, je pense que j'ai été un peu trop court dans mes réponses.

En tout cas, j'ai constaté deux choses. Il y a beaucoup de pub utilisant de l'anglais dit en anglais correct ou par des Anglo-saxons (de type : "êtes vous I have a dream ou Yes we can ?"), et la problématique du changement semble raisonner bien mieux en Belgique qu'en France. Voilà, encore une fois, qui m'a pris par surprise. Le temps de réaliser mon erreur, l'émission était passée.  Mais c'est plus facile de rejouer le match que d'y participer. 

Le podcast est ici : http://t.co/AID6a03FXz. Je n'ose pas l'écouter...

(PS. Je l'ai écouté, pour raison familiale, et je me suis trouvé compréhensible.)