vendredi 2 octobre 2015

Le marché moteur à inégalités

En MBA, au début des années 90, on enseignait que l'entreprise était le mal, et le "marché" le bien. Il fallait sortir l'argent des entreprises pour le donner au marché, qui en ferait une allocation optimale. On disait aussi que le marché créait l'innovation. 

Ce qui est étonnant est que les gens qui disaient cela étaient des scientifiques, alors que ce qui était présenté comme une évidence ne repose sur rien. Jusqu'à preuve du contraire, le "marché" n'est rien d'autre que ce que dit son nom : une place d'échange. Et la source de la création humaine, qui maintenant a quelques millénaires, n'a rien à voir avec le marché. Tristement, la guerre, notamment la dernière, semble être bien plus efficace que lui pour provoquer la créativité humaine.

Résultat : consciemment ou non, tous ceux qui ont les leviers du monde ont appliqué cette théorie.

Comme le dit Bergson, la raison de cette théorie n'est pas à chercher dans ses paroles, mais dans ses conséquences ? La théorie du marché consiste à sortir le maximum de cash de l'entreprise, surtout en réduisant ses effectifs et les salaires de ses employés, pour le donner aux actionnaires. Car les actionnaires c'est le marché (financier). 

Il n'y a pas besoin d'avoir un prix Nobel pour constater qu'une société ne peut pas vivre éternellement sur ce principe.