samedi 14 novembre 2015

Le succès du changement est une question de conditions

Quel est mon métier ? Organisateur. Illustration. Chez mon premier employeur, j'étais à l'origine des compétitions sportives de la société. Elles vidaient la société d'un tiers de ses effectifs. Au grand dam de ses dirigeants. Jusqu'à ce que l'un d'entre eux, maintenant PDG, vienne y décerner les récompenses. Depuis des années, j'anime un cercle d'entrepreneurs. J'ai longtemps aussi organisé des clubs, des dîners entre amis, collègues, inconnus, des conférences ou séminaires... Curieusement, ça marche avec moi, et pas avec la plupart des autres. Ou alors il leur faut bien plus de temps et de moyens qu'à moi. (Par exemple, je parviens à organiser des événements qui requièrent ordinairement une grosse agence de com.) Bien entendu, la fusion d'entreprises n'est pas l'organisation d'un dîner, mais, l'esprit qu'il faut pour réussir ne varie pas.

Il s'agit, me semble-t-il, de créer des "conditions" de l'autonomie des participants. Ils doivent pouvoir se laisser aller à leur naturel. Il y a deux facteurs de succès :
  1. Une méthode, un cadre physique, robuste, solide, simple. 
  2. Une animation, catalyseur, qui agit sans qu'on s'en rende compte. Sa caractéristique principale est probablement de vouloir l'intérêt général. 
Le changement n'est rien d'autre qu'une réorganisation de processus collectifs existants. Des processus que nous suivons sans réfléchir.