mardi 24 novembre 2015

L'ordre et le terrorisme

Pourrait-il y a voir un lien entre l'histoire d'Hitler et le destin de l'Etat Islamique ? Voici ce que raconte Stefan Zweig :
  • Années 20, crise. Un agitateur apparaît, Hitler. Ses troupes de fauteurs de troubles sont luxueusement équipées, profitent-elles des fonds des industriels ? 23. Tentative de putsch d'Hitler et de Luddendorf (plus ou moins équivalent allemand de Joffre). Mais la prospérité revient. On n'entend plus parler d'Hitler. 
  • Nouvelle crise économique. Hitler réapparaît. Ses troupes ont, à nouveau, un équipement flambant neuf. 1933, Hitler est élu. 
Stefan Zweig pense que c'est pour lutter contre le "désordre" que les Allemands ont voté pour Hitler. Durkheim désigne, par ailleurs, le désordre ou "anomie" (disparition des règles qui organisent la société), comme cause première du suicide.

Continuons, sans Stefan Zweig, il s'est suicidé. Guerre. L'Europe est dévastée. Les USA adoptent une tactique inverse de celle suivie après la première guerre mondiale : au lieu d'exiger le remboursement des dettes contractées par l'Europe, ils lui offrent le plan Marshall afin de relancer son économie. Car ils craignent que la misère ne fasse basculer le continent chez les Soviétiques. 

Ajoutons le point de vue d'Hannah Arendt. Pendant cette guerre, les individus ont eu le comportement de leur peuple. Les exceptions ont été quasi inexistantes. Chaque peuple réagit aux événements suivant sa culture propre. 

Enseignements ? 
  • Une forme de "désordre" serait-il à l'origine du terrorisme ? L'épicentre du désordre serait-il le Moyen-orient et ses relais les pauvres d'Occident ou d'ailleurs ? Pauvres pas uniquement musulmans, car de tous côtés on semble vouloir en découdre ?
  • Chercher une cause ou un coupable n'est pas efficace. Pire, c'est dangereux. 
  • Pour résoudre le problème, il faut remettre la société mondiale dans un fonctionnement qui respecte les hommes. Alors, comme les Européens d'après guerre, les individus ne changent pas, ce sont leurs comportements qui se transforment. 
  • Il faut éviter que cette remise en ordre soit le fait d'un Hitler...