jeudi 26 novembre 2015

Retournement d'habits

Après l'Etat d'urgence, d'exception ?, et une possible modification de la constitution, et la guerre, le gouvernement demande maintenant que les rues soient pavoisées. 

Étrange. Ces gens ne sont-ils pas supposés être issus de 68 ? Anti de Gaulle, anti patrie, anti colonialisme, faites l'amour, pas la guerre... Ce n'est plus le retournement de pantalon de la chanson de Dutronc : tous les habits sont sens dessus dessous.

Le plus étrange n'est peut-être pas qu'ils en soient arrivés là, mais qu'ils l'aient fait sans la moindre hésitation. Et même sans se dire qu'un jour, peut-être, on remarquera le manque de cohérence de leur parcours. (Et comment croire désormais les engagements de gens capables de tels revirements ?)

Peut être est-ce dans la nature humaine ? Nous sommes des caméléons. Nos convictions restent en surface. Elles sont ce qu'il est bon de croire. Comme l'a montré le vote des pleins pouvoirs à Pétain, seule une petite partie de la population a de réelles convictions ? Socrate se retourne dans sa tombe ?

(Mais est-ce un mal ? Cette capacité à changer laisse aussi penser que l'on peut être terroriste un jour et bourgeois le lendemain. Notaires de Brel, cette fois.)