lundi 2 novembre 2015

Une vie de little bangs ?

J'ai fait un grand nombre de choses dont je serais aujourd'hui incapable. Par exemple, j'ai failli avoir une ou deux fois des accidents de la circulation, et je m'en suis tiré avec un sang froid étonnant. Quant à ma carrière scolaire, c'est maintenant qu'elle me donne des cauchemars. J'échoue lamentablement à chaque fois que je la rejoue en imagination. Je souffre rétrospectivement.

De tout cela, je tire la théorie des "little bangs". Vieille idée. Comme il y a la théorie du "big bang" qui dit qu'à l'origine de l'univers était l'ordre, qui a éclaté, notre vie serait faite de tels moments de "désorganisation". Nous fonctionnons plus ou moins automatiquement, selon des règles inconscientes. (Ces règles sont en partie imposées par la société.) Soudain quelque-chose se produit. Il nous tire de notre léthargie. Comme dans l'accident, il est possible que la raison en soit un appel aux fonctions "supérieures" du cerveau, à la "conscience". Dégel à la Kurt Lewin. Du coup, on découvre les règles que l'on suivait sans le savoir. Conscientes, elles deviennent inopérantes. L'ordre fait place à une forme de désordre. (Ou à un ordre d'ordre supérieur ?)

Cela expliquerait le temps. Du fait de ces bangs, il serait impossible de revenir en arrière, contrairement à ce que disent la plupart des branches de la physique. Par ailleurs, ces bangs doivent être plus ou moins synchronisés puisque nous avons tous plus ou moins l'impression de vieillir de la même façon...

(Ma théorie est un peu plus compliquée que cela. Les bangs seraient de plusieurs niveaux. Comme les bombes atomiques, il leur faudrait une masse critique, un détonateur, et boum, plus possible de reculer. Ces bangs seraient le tic tac de l'horloge.)