jeudi 31 décembre 2015

Blog 2015 : réseau asocial

Quels enseignements ce blog tire-t-il de 2015 ? Comment a-t-il changé ? 

Sérendipité dit-on maintenant. Des problèmes de santé m'ont fait comprendre que je travaillais trop. Moins de blog. Restructuration. The Economist et sa synthèse hebdomadaire en furent victimes. The Economist ne m'apprend pas grand chose, ai-je pensé. C'est l'équivalent de la Pravda (la "vérité"). Pas bien écrit, en outre. Pour la même raison, ce blog parle de plus en plus de ce qui m'est utile. Illustration des travaux de Mancur Olson : dans un monde d'individus, chacun va vers son intérêt. Ce qui est mauvais pour l'intérêt collectif. (The logic of collective action.)

Autre idée de l'année : il n'est pas bon de vivre dans l'instant. C'est stressant et cela ne profite pas à la réflexion. Lire Bergson, Camus, Hannah Arendt, ou découvrir l'Abbé Grégoire en apprend bien plus que les dernières nouvelles d'Apple ou de notre gouvernement.

Réseau asocial
Plus de sept ans qu'il existe : à quoi sert-il ? J'ai besoin d'écrire mes idées pour les formuler. Un événement sans billet sombre dans l'inconscient. Avec billet, une idée nouvelle naît. Il y a "émergence" dirait peut-être la théorie de la complexité. Ou "création de valeur", pour parler comme un économiste ? Et la pensée se construit idée après idée. Du moins, c'est l'impression que j'ai. (J'ai constaté qu'il fallait stimuler ma création. Je publie suivant un rythme régulier. Mais, j'utilise une technique de gestion de stock, qui me permet de vivre plusieurs jours sans écrire.)

Le changement est un dégel dit Kurt Lewin. Ce blog décrit mon dégel. La mise en cause de mes idées reçues. C'est le blog du doute. Peu de gens peuvent y trouver un intérêt. J'ai définitivement choisi de ne pas lui donner une large diffusion.