vendredi 1 janvier 2016

2016 : pragmatisme condition de liberté

Venez chez-moi, je vais vous libérer. Toutes les théories appliquées ces dernières années sont des théories de libération. Même le bureaucrate est un libérateur. Il a utilisé les théories libérales pour réduire sa masse salariale. Même le Front National est un mouvement de libération. Donc nous allons avoir encore plus de ce que nous avons eu. Exemple type d'homéostasie ou résistance au changement. 

La révolte, condition de l'homme libre
Albert Camus nous a expliqué ce qui n'allait pas dans ce que l'on nous propose. Toutes ces théories ont en commun la promesse d'un grand soir. En attendant, dormez bien et faites ce que l'on vous dit. Ces théories sont "nihilistes". Parce que, avant le grand soir, tout est permis, il n'y a plus de règles. La société est livrée au sac. Ces théories prétendent libérer l'homme de la société, alors que c'est la société qui est le moyen de liberté de l'homme. Bien sûr, le nihilisme ne fait pas que des malheureux. Il sert les oligarques. 

La condition de l'homme libre, c'est la révolte, dit Camus. Il ne se laisse pas faire, il ne croit pas aux fariboles, il agit. Et il n'agit pas en terroriste. Il répare son quotidien, il l'améliore. Il se tisse un réseau de gens de confiance. Et, par le bas, patiemment, concrètement, il réforme la société. C'est le pragmatisme.