mardi 12 janvier 2016

Sinatra : le pro

J'entendais dire que le succès de Sinatra tenait à une technique. Il avait trouvé une façon de respirer, du coin de la bouche, qui ne s'entendait pas et lui permettait de faire des notes longues. Ce genre d'histoire est très américaine. Autre exemple : un petit homme (à peine plus d'un mètre soixante) réussit le "dunk" (les mains dans le panier) au basket. Toujours pareil : une idée à laquelle on croit dur comme fer, des années de travail fou pour un résultat hors du commun : un "changement d'ordre 2". C'est que j'appelle le "professionnalisme" américain. C'est penser que tout est une question de technique. Le génie, et la fortune, c'est la récompense que Dieu donne au travailleur acharné ? C'est ce que je perçois chez les grands acteurs hollywoodiens, et même chez les professeurs de management.  

Mais c'est aussi un changement qui spécialise l'homme et en fait une machine. Et une machine, ça ne change pas...