lundi 28 mars 2016

La recherche change

Un jeune thésard américain me racontait ce qu'il voyait. Il appartient au laboratoire qui a développé la dynamique des systèmes après guerre. Dynamique des systèmes inventée par un seul homme : Jay Forrester. Elle a été appliquée à la modélisation de notre avenir. Il en est résulté "les limites à la croissance". Autrement dit l'idée que notre type de développement est sans lendemain. Aujourd'hui, ce laboratoire raffine ce modèle et l'utilise pour conseiller les grands de ce monde. Il me disait aussi qu'une thèse, c'était 5 ans de travail dur. Et qu'ensuite, s'il voulait rester dans la recherche, il devrait publier sans cesse pendant 6 ans, tout en enseignant, dans l'espoir d'avoir un poste fixe. Et qu'il était très dur de se faire accepter par les comités de lecture. 

C'est curieux. J'ai fait peu de recherche, mais j'aurais pu être édité. J'avais fait un mémoire sur un système expert en contrôle des systèmes (automatique), et c'était la première étude sur le sujet. Mon directeur de mémoire m'avait proposé d'en tirer un article. De mon temps, ce qui intéressait le chercheur, c'était une première, c'était créer une discipline. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un rouage dans un système ! 

(C'est le paradoxe d'une société individualiste : l'homme n'y est plus rien ?)