vendredi 4 mars 2016

L'innovation comme chasse à l'homme ?

Après guerre, on a dit à l'homme : viens faire un travail de machine taylorienne dans nos usines. C'est bête, mais tu auras la sécurité de l'emploi. Et tu auras du temps pour regarder la télé. Puis, on s'est mis à remplacer les fausses machines par des vraies. Et on a commencé à trouver que tout irait mieux si l'on n'avait pas à payer les inutiles. 

Qu'il soit joueur de go, d'échec ou fraiseur, il semble que l'obsession de l'entreprise soit de montrer qu'elle peut créer une machine plus performante que l'homme, qu'il est inutile. Tout se passe comme si l'on voulait le liquider.

Mais ce que la machine n'a pas, c'est la capacité à changer de l'homme, ou à "faire société" et à créer ainsi des concepts nouveaux. Et si, plutôt que de construire l'entreprise sur la spécialisation, on la concevait à partir du changement et de la communauté ?