mardi 29 mars 2016

Suis-je à risque d'Alzheimer ?

Alzheimer : quelles causes ? Voici ce que me répond un chercheur, très éminent :

Le cerveau, c'est une drôle de machine : "20% de la consommation d'énergie du corps pour seulement 1,5kg". Cette activité effrénée a pour conséquence une production de toxines, qui "bousillent" le cerveau en s'y accumulant. Pour augmenter sa durée de vie, il doit construire des "routes". Elles tiennent la toxine en respect. Elles résultent de l'exercice intellectuel répété. Les exercices les plus efficaces ? Ce sont ceux qui permettent aux capacités uniques du cerveau humain de se développer. J'en retiens trois :
  1. Le propre de l'homme est d'être multitâches. "L'ordinateur peut battre l'homme au go. Mais il est perdu lorsqu'on lui demande de faire autre chose." Le multitâches est bon pour le cerveau. 
  2. "La recherche de la perfection". Le cerveau se développe en se structurant. Il se construit par définition de "concepts", et par hiérarchisation. En triant l'important du secondaire. Et il ne peut le faire qu'en cherchant à atteindre le ciel. C'est la quête de bien des religions ou pensées.
  3. La dimension collective de la pensée. Le propre de l'homme est d'être un animal social. Pour qu'elle se développe sa pensée doit être reliée à celle du groupe. L'objectif des grands courant de pensée, bouddhisme, philosophie grecque ou autres, est de se fondre dans le grand tout. "La transcendance, c'est aspirer à disparaître, comme la goutte d'eau disparaît dans l'océan, le cerveau doit tendre à fusionner avec le reste". C'est une autre façon de formuler l'instinct de reproduction.
Notre société : toxines et manque d'exercice
La survenue d'Alzheimer s'explique donc par des toxines, et un manque d'exercice, "aujourd'hui l'énergie (du cerveau) est de bas niveau" :
L'allongement de la vie compte beaucoup dans Alzheimer. La toxine a du temps pour se déposer. Mais nous ne faisons rien pour améliorer les choses. A commencer par notre alimentation. Elle encrasse les vaisseaux. Arrive ensuite, mais ils sont haut sur la pile, les critères sociétaux :
  • Internet et ses jeux, tels qu'ils sont utilisés, favorisent "un zapping permanent qui épuisent les capacités de traitement de l'information du cerveau". 
  • Notre éducation est incapable de fixer un cadre à l'enfant. Elle est un handicap à la hiérarchisation nécessaire au développement du cerveau. 
  • L'individualisme a été érigé en principe. Le cerveau ressemble au grain de blé incapable de germer, et de donner la vie. Il se racornit.