mardi 24 mai 2016

La mort comme malentendu

"Si la mort n'était qu'un malentendu ?", dit Vladimir Jankélévitch, parlant de Bergson. Et si nous mourrions du fait d'une erreur de raisonnement ? Parce que la raison prétend guider notre vie, et qu'elle ne voit pas que son raisonnement, qui pense qu'il est logique de mourir, sont absurdes ? 

Cela peut probablement s'interpréter de différentes façons. La raison nous fait croire que nous sommes déterminés. Mais, si ce n'est pas le cas, rien n'est certain, pas même la mort. Certes, me direz-vous, mais la raison ne provoque pas la mort, puisque ce qui n'en a pas meurt. Alors, plus subtilement, et si la mort n'avait pas de signification ? La raison nous dit que la mort c'est le néant, alors que ce que nous appelons la mort peut être un nouveau départ, ou contribuer à un nouveau départ. "plutôt que le passage de tout à rien, pourquoi la mort ne serait-elle le passage du tout au tout ?

Vous répondrez que cela demeure un raisonnement. Il y a donc la raison qui voit les choses en noir, et celle qui les voit en rose. Laquelle est la bonne ? Peut-être la raison qui se méfie de la raison.