mercredi 18 mai 2016

Le DRH et le numérique

Je découvre que toutes les fonctions de l'entreprise ont le même type de problème. La DRH, comme tous les services qui étaient jusque-là vus comme des centres de coûts, doit démontrer qu'elle apporte quelque chose, et nécessairement grâce au numérique, parce que le numérique est à la mode.

Le peut-elle ? Oui. Grâce à un logiciel tel que MondoBrain, dont je parlais dans un précédent billet. Ce type de logiciel très puissant et utilisable par n'importe qui rend possible d'identifier les facteurs associés à la performance d'une organisation. Par exemple, comment réduire le turnover, augmenter l'engagement des personnels, favoriser l'émergence de talents. 

Le principe de ce type de logiciel est simple et puissant. Il permet de repérer les bonnes pratiques de l'organisation. Par exemple le chef de service qui a créé les conditions de la réussite de son équipe. En examinant comment il s'y est pris, il est possible de diffuser son exemple. Voire de sélectionner un type de managers qui lui correspond. 

Pas de miracle, cependant. Il faut disposer de données "pertinentes". Il faut donc en posséder, ce qui est rarement le cas. Et il faut qu'elles donnent des résultats utiles : définition circulaire ! En fait, il faut procéder par essais et erreurs. Collecter des données, jusqu'à obtenir quelque chose qui ait du sens. 

Mais ce n'est pas le plus compliqué. La difficulté, c'est la conduite du changement. Imaginez que vous découvriez que 90% de votre management n'est pas à sa place. Qu'allez-vous faire ? 

Justement, que trouve-t-on ? Des résultats aussi vieux que le monde. Par exemple que l'entreprise a une culture, et que seules les personnes qui la possèdent vont s'y intégrer harmonieusement. Il est su depuis longtemps que la culture est beaucoup plus importante que la compétence dans le recrutement. 

Pour autant, il ne s'agit pas là d'une fausse bonne nouvelle. Si nous avons oublié l'enseignement des siècles, c'est que nous ne partageons plus leur culture, justement. Nous ne sommes plus des gens de relations humaines, mais de chiffres. Les logiciels traduisent dans notre langue la sagesse de nos pères. Ensuite, ils nous donnent de fort bonnes indications. Ils donnent des preuves convaincantes de nos intuitions. Ils favorisent l'action de ceux qui ont la faculté d'agir. Les nouveaux logiciels sont une chance. Et la chance sourit à l'esprit éclairé !