jeudi 16 juin 2016

Comment finissent les systèmes

Mon billet sur notre système totalitaire amène une question. Peut-on se tirer d'un tel système ? 

Le système est terrifiant. Ce qui le maintient tel qu'il est, c'est nous. Pour qu'il change, il faut que nous changions en bloc, comme un seul homme ! Il y a pire : il nous code pour ne pas le changer : la psychologie constate que notre intuition est fausse : elle ne fait que dire ce qui est dans l'intérêt du système. Même la critique du système peut lui être bénéfique ! Elle donne l'impression de l'action. 

Aucun moyen de changer un système ? Si ce que j'observe dans les entreprises est généralisable, voici comment changent les systèmes :

Le système est totalitaire, il veut faire le monde à son image. Mais le monde n'en a cure. Il évolue. Alors le système doit "changer pour ne pas changer". Sans le dire, inconsciemment. Jusqu'à ce que ce qui était secondaire se révèle essentiel. Le tuteur est devenu arbre. C'est peut-être ce qui est arrivé à la noblesse sous l'ancien régime. Elle s'est appuyée de plus en plus sur la bourgeoisie. Jusqu'à ce que la bourgeoisie devienne la  nation. Ou encore à l'église catholique : elle a été détruite par la raison, qu'elle avait appelé à son secours.