dimanche 24 juillet 2016

Impossible n'est pas français

Il y a un débat sur l'impossibilité. L'Américain dit que tout est possible. Cela semble même être le principe de sa culture, qui s'est imposée au monde. Et qui nous a donné la religion de la croissance. Hannah Arendt lui répond que vouloir l'impossible conduit au totalitarisme. Quant au Français, il croit à l'impossible. Surtout en ce qui le concerne. Il pense que la fatalité s'abat sur lui. 

Pour ma part, il me semble que n'importe quoi n'est pas possible. Mais que, quand quelque chose est impossible, quelque chose de plus important, de plus fondamental, l'est.