mardi 5 juillet 2016

L'immigration principe de la nation anglaise

Dimanche je recevais une alerte du FT disant :
George Osborne has revealed a five-point plan to galvanise a British economy reeling from last month’s Brexit vote, including aggressive tax cuts for business, support for bank lending and a new push for investment from China.
L'Angleterre a besoin d'un élan, disais-je. Et George Osborne veut le lui donner, me semble-t-il. Il le fait dans la continuité de ce qu'il a toujours fait : améliorer les conditions de vie des entreprises ; et faciliter l'investissement étranger. 

L'Angleterre ressemble à la Grèce d'après guerre du Péloponnèse. Le principe de ces nations est l'immigration. Celle des "entreprenants". On leur offre des conditions de travail sans équivalent. Et ce sang neuf permet aux oligarques locaux de conserver leur art de vivre. 

La City est l'exemple même de ce phénomène. C'est peut-être bien grâce à l'arrivée des Rothschild que l'Angleterre a pu défaire Napoléon, c'est Warburg qui fait de la City moribonde une plaque tournante de la finance mondiale, qui attire les talents internationaux.